29 juillet 2019

Pensée de la semaine.

L'acte positif fait avec amour et compassion
Est générosité parce qu'il est pour le bien des êtres,
Discipline parce qu'il est dépourvu de désir égoïste,
Patience parce qu'il fait inlassablement le bien d'autrui ;
Diligence parce qu'il est exécuté dans l'enthousiasme ,
Concentration parce qu'il est focalisé sur le bien des êtres ;
Et Connaissance s'il est libre d'attachement à l'existence réelle des choses :
Un tel acte n'est jamais dissocié des vertus transcendantes.

JIGME LINGPA (1729-1798) 

Posté par Chesa à 16:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Un législateur britannique propose un projet de loi pour un accès réciproque au Tibet.

image

The Potala Palace,  former residence of Tibet's spiritual leader the Dalai Lama, is shown in a file photo.

Un législateur britannique a soumis cette semaine à la Chambre des communes un projet de loi interdisant l'entrée au Royaume-Uni à tout responsable chinois surpris à bloquer la liberté de circulation des citoyens britanniques au Tibet.

Le projet de loi présenté mardi par le député du Parti conservateur, Tim Loughton, reflète un projet de loi similaire adopté aux États-Unis et exige qu'un rapport soit présenté au Parlement chaque année, répertoriant les cas dans lesquels des hommes politiques, diplomates et autres voyageurs britanniques se sont vu refuser l'entrée au Tibet.

"Mon Bill imiterait au Royaume-Uni ce que les États-Unis ont fait", a déclaré Loughton, président du Groupe parlementaire multipartite sur le Tibet, dans un clip vidéo publié sur Facebook mardi, citant ses préoccupations concernant ce qu'il a appelé les épouvantables violations des droits de l'homme par la Chine,  dans la région himalayenne.

«Pour dire à la Chine: vous devez vous ouvrir, nous devons dénoncer ces violations des droits de l'homme. Il faut que les Tibétains soient traités équitablement dans le monde et en Chine même. Si vous ne le faites pas, ne vous attendez pas à ce que les responsables de ces actes puissent venir au Royaume-Uni », a-t-il déclaré.

"Cela peut sembler une question lointaine, mais c'est un principe important pour les droits de l'homme des minorités dans le monde", a déclaré Loughton. "Et les Tibétains ont trop souffert."

Les détails de la date à laquelle le projet de loi de Loughton sera soumis à un débat au Parlement n’étaient pas immédiatement disponibles.

"Un geste positif"

Mercredi, lors de son allocution devant le service tibétain de RFA, le directeur de la campagne de plaidoyer pour la campagne Free Tibet basé à Londres, John Jones, a salué la présentation du projet de loi de Loughton au Parlement britannique.

«Nous pensons que c'est un geste positif. Nous avons été enthousiasmés par le succès du projet de loi sur l’accès réciproque aux États-Unis, et nous avons jugé bon que les autres pays répliquent et envoient un message au gouvernement chinois », a déclaré M. Jones.

"S'ils veulent imposer des restrictions de déplacement aux personnes du Royaume-Uni au Tibet, alors ceux qui les imposent doivent être tenus responsables de leurs actes."

Dans le but de renforcer l'accès des États-Unis au Tibet, aujourd'hui largement fermé par la Chine aux diplomates et journalistes américains, le président Donald Trump a signé le 20 décembre 2018 un projet de loi interdisant la délivrance de visas aux autorités chinoises responsables du blocage de l'entrée au pouvoir de Pékin. Région himalayenne.

La loi de 2018 sur l’accès réciproque au Tibet exige que le Secrétaire d’État américain identifie les fonctionnaires chinois responsables de l’exclusion des citoyens américains, y compris les Américains d’origine tibétaine, de la région autonome du Tibet (TAR), puis de leur interdire l’entrée aux États-Unis.

La loi exige également que le Département d’État fournisse chaque année au Congrès une liste des citoyens américains interdits d’entrée au Tibet.

"Mauvais signaux"

Dans le même temps, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, a critiqué la signature de la loi par Trump, affirmant que la nouvelle loi envoyait des signaux "gravement erronés" de soutien à ce qu'elle a appelé les forces travaillant à séparer le Tibet de la domination chinoise.

«Si les États-Unis appliquent cette loi, cela causera un grave préjudice à la Chine et aux États-Unis. aux relations et à la coopération dans des domaines importants entre les deux pays ", a-t-elle déclaré.

Pays autrefois indépendant, le Tibet a été repris et incorporé de force en Chine il y a près de 70 ans, à la suite de quoi le chef spirituel du Tibet, le Dalaï Lama, et des milliers de ses disciples se sont exilés en Inde.

Les autorités chinoises maintiennent désormais la région sous contrôle, limitant les activités politiques et l'expression pacifique d'identités ethniques et religieuses et soumettant les Tibétains à la persécution, à la torture, à l'emprisonnement et à des exécutions extrajudiciaires.

Rapporté par Guru Choegyi pour le service tibétain de RFA. Traduit par Dorjee Damdul. Écrit en anglais par Richard Finney.

Radio Free Asia

RFA is a private, nonprofit corporation that broadcasts news and information to listeners in Asian countries where full, accurate, and timely news reports are unavailable.

https://www.rfa.org

Posté par Chesa à 16:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
28 juillet 2019

La démolition à grande échelle commence au centre bouddhiste tibétain Yachen Gar du Sichuan.

image 

A demolished area of the Yachen Gar Tibetan Buddhist center is shown in a July 19, 2019 photo.

Screen grab from video

Les autorités de la province du Sichuan, dans l'ouest de la Chine, ont entamé une campagne de démolition à grande échelle au centre bouddhiste tibétain Yachen Gar. Des équipes de travail chinoises ont démoli plus d'une centaine de maisons de religieuses expulsées du complexe ces dernières semaines, ont précisé des sources tibétaines.

La destruction fait suite au retrait forcé, début mai, de 7 000 résidents du centre tentaculaire du comté de Palyul (en chinois Baidu), qui abritait autrefois environ 10 000 moines et nonnes consacrés à l'étude et à la méditation des Écritures.

La démolition des logements des religieuses a commencé le 19 juillet et a avancé rapidement, avec au moins 100 structures démolies maintenant, a déclaré vendredi un Tibétain vivant dans la région au service tibétain de RFA.

«La machinerie lourde déployée à Yachen Gar comprend des excavatrices, des bulldozers et des camions à benne basculante», a déclaré une source de RFA, ajoutant: «Pour l'instant, seules les habitations des nonnes sont ciblées, mais peu de temps après, ce seront les maisons. des moines. "

Le 20 juillet, des camions à benne basculante ont transporté l'épave des structures déjà détruites dans une zone vacante appelée Nyithang Yultso et l'ont empilée pour y être brûlée, a indiqué la source.

"Après chaque journée de travail, les hommes et les machines sont maintenant mis au repos pour la nuit dans une enceinte clôturée à la périphérie de Yachen Gar, à proximité d'un camp militaire", a-t-il déclaré.

Des moines et des administrateurs de Yachen Gar ont déjà envoyé plus de 40 pétitions aux autorités chinoises "à tous les niveaux", appelant à un arrêt des renvois et des destructions, mais leurs demandes ont été rejetées, a ajouté la source.

"Quand ils se rendent dans les bureaux et départements chinois concernés pour faire appel, les autorités chinoises les réprimandent en leur montrant du doigt leur visage, et les ont même giflées", a-t-il déclaré.

«Les responsables de Yachen Gar ont enduré tout cela en silence, dans l’espoir que leurs requêtes seront entendues, mais en vain.»

Un grand nombre des personnes expulsées de Yachen Gar sont actuellement en détention et soumises à une rééducation politique et à des passages à tabac, ont déclaré des sources à RFA dans des rapports précédents.

Les autorités chinoises sont entre-temps postées au centre pour "surveiller de près" ceux qui restent et pour contrôler tous les visiteurs extérieurs, tandis que les déplacements à destination et en provenance du centre sont strictement contrôlés et limités, selon des sources.

Une stratégie qui se déploie

Les restrictions imposées à Yachen Gar et au complexe plus connu de Larung Gar dans le comté de Serthar (Seda), dans le Sichuan, font partie d'une "stratégie politique en cours" visant à contrôler l'influence et la croissance de ces centres importants d'étude et de pratique du bouddhisme tibétain, un groupe de défense tibétain. a déclaré dans un rapport de mars 2017.

«[Les deux centres] ont amené des milliers de pratiquants chinois à étudier l'éthique bouddhiste et à recevoir un enseignement spirituel depuis leur création, et ont rapproché les communautés tibétaine et chinoise», a déclaré la Campagne internationale pour le Tibet basée à Washington.

En 2017 et 2018, au moins 4 820 moines et nonnes tibétains et chinois ont été retirés de Larung Gar, avec plus de 7 000 habitations et autres structures démolies à partir de 2001, selon des sources dans la région.

Rapporté par Kunsang Tenzin pour le service tibétain de RFA. Traduit par Dorjee Damdul. Écrit en anglais par Richard Finney.

Large-Scale Demolition Begins at Sichuan's Yachen Gar Tibetan Buddhist Center

Authorities in western China's Sichuan province have begun a campaign of large-scale demolition at the Yachen Gar Tibetan Buddhist center, with Chinese work crews tearing down over a hundred dwellings of nuns evicted from the complex in recent weeks, Tibetan sources say.

https://www.rfa.org

Posté par Chesa à 16:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

The Tibetan National Flag.

Tibet_Flag-300x200

CONTEXTE HISTORIQUE

Sous le règne du roi Songtsen Gampo, roi du VIIe siècle, le Tibet était l’un des empires les plus puissants de l’Asie centrale. Le Tibet avait alors une armée de 2 860 000 hommes. Chaque régiment de l'armée avait sa propre bannière. La bannière de Ya-ru To regiment avait une paire de lions des neiges se faisant face, celle de Ya-ru Ma un lion des neiges debout, s'élevant vers le ciel et celle d'U-ru vers une flamme blanche sur un fond rouge. .

Cette tradition s'est poursuivie jusqu'à ce que le treizième dalaï-lama conçoive une nouvelle bannière et publie une proclamation en vue de son adoption par tous les établissements militaires. Cette bannière est devenue le drapeau national tibétain actuel.

Explication du symbolisme du drapeau national tibétain

    Au centre se trouve une magnifique montagne enneigée, qui représente la grande nation du Tibet, connue sous le nom de Terre entourée de montagnes enneigées.

    Les six bandes rouges réparties dans le ciel bleu foncé représentent les ancêtres du peuple tibétain: les six tribus appelées Se, Mu, Dong, Tong, Dru et Ra, qui à leur tour ont donné naissance aux (douze) descendants. La combinaison de six bandes rouges (pour les tribus) et de six bandes bleu foncé (pour le ciel) représente la mise en acte incessante des actes vertueux de protection des enseignements spirituels et de la vie laïque par les divinités protectrices protectrices noires et rouges avec lesquelles le Tibet a été connecté depuis des temps immémoriaux.

    Au sommet de la montagne enneigée, le soleil avec ses rayons brillants dans toutes les directions représente la jouissance égale de la liberté, du bonheur spirituel et matériel et de la prospérité de tous les êtres vivant au Tibet.

    Sur les pentes de la montagne, une paire de lions des neiges se dresse fièrement, flamboyant des mânes de l'intrépidité, ce qui représente l’accomplissement victorieux du pays d’une vie spirituelle et laïque unifiée.

    Le beau et radieux joyau tricolore tenu en haut représente le respect toujours présent respectueusement respecté par le peuple tibétain envers les trois joyaux suprêmes, objets de refuge: Bouddha, Dharma et Sangha.

    Le bijou tourbillonnant de couleur situé entre les deux lions représente le peuple qui garde et chérit l’autodiscipline d’un comportement éthique correct, principalement représenté par les pratiques des dix vertus exaltées et des seize modes de conduite humains.

Enfin, la parure avec une bordure jaune symbolise le fait que les enseignements du Bouddha, qui ressemblent à de l’or pur et raffiné et qui n’ont aucune limite dans l’espace et dans le temps, sont florissants et se répandent.

The Tibetan National Flag

HISTORICAL BACKGROUND During the reign of the seventh-century king, Songtsen Gampo, Tibet was one of the mightiest empires in Central Asia. Tibet, then, had an army of 2,860,000 men. Each regiment of the army had its own banner.

https://tibet.net

Posté par Chesa à 15:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Le grand tyran de la Chine fait des ravages parmi le peuple tibétain.

thumb (1) 

SA legislator Mkhuleko Hlengwa from the Inkatha Freedom Party speaking at the South African Parliament,

11 July 2019. (Photo- tibet.net)

DHARAMSHALA, July 26,

By Tenzin Dharpo

A south African MP earlier this month gave an impassioned speech in the parliament of Africa’s leading nation, calling on his government to do more for Tibet and called out China’s blatant human rights violation on Tibetans.

The African legislator from the Inkatha Freedom Party, Mkhuleko Hlengwa highlighted in his five-minute speech the atrocious human rights violations committed by the Chinese government in restive Tibet and demanded that the South African government must prioritise human dignity, freedom, and justice before economic ties with China, the exile Tibetan government run Tibet.net reported.

Speaking in the SA parliament on July 11, Hlengwa said, “I had the privilege of attending the Tibet day (celebration of His Holiness the Dalai Lama’s birthday) in Pretoria which was hosted by his office (Office of Tibet, South Africa) here in South Africa. The shirt I am wearing was given to me then as a reminder that we as south of Africa, the land of the free should be a refuge of those who are world oppressed.”

“As we speak about the issue of Israel and Palestine in ensuring a lasting solution, the two-state solution, we agree with you. We must speak about the big bully China and it’s One-China policy and what it is doing and wreaking havoc for the people of the Tibet and Taiwan who themselves also want their freedom and democracy.”

The young MP also pointed to India and its role in helping the exile Tibetan leader His Holiness the Dalai Lama and his people, saying that SA must not overlook human rights concerns in Tibet when trading with China.

He also urged his government to reflect and reconsider the decision to not allow the Dalai Lama to visit South Africa. “We must reflect, therefore, on the decisions we took not to grant a visa to the Dalai Lama as a reminder that we should never walk away from Human Rights,” he said.

China is the largest trading partner of South Africa. The Pretoria government, critics say, has kow-towed to Beijing’s directive when it comes to human rights concerns and politically touchy issues such as Tibet and Taiwan. The Dalai Lama was denied visa to SA on three occasions. 

Big bully China wreaking havoc for people of Tibet: South African legislator

By Tenzin Dharpo DHARAMSHALA, July 26: A south African MP earlier this month gave an impassioned speech in the parliament of Africa's leading nation, calling on his government to do more for Tibet and called out China's blatant human rights violation on Tibetans.

http://www.phayul.com

Posté par Chesa à 13:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Diplomatie quand tu nous tiens (◣_◢) et sujet délicat pour Sa Sainteté qui se sort très bien de ce mauvais pas.

Le Dalaï Lama félicite le nouveau Premier ministre britannique.

thumb 

DHARAMSHALA, 25 juillet,

By Tenzin Sangmo

Le chef spirituel tibétain, Sa Sainteté le Dalaï Lama, a félicité le Premier ministre nouvellement nommé du Royaume-Uni, Boris Johnson, dans une lettre qu'il a envoyée de sa résidence à Dharamshala aujourd'hui.

Dans cette lettre, Sa Sainteté a expliqué à quel point il était touché par l'affection et l'amitié que lui témoignaient des personnes de tous les horizons lors de ses visites régulières au Royaume-Uni au fil des années.

Sa Sainteté a évoqué la relation historique entre le Tibet et la Grande-Bretagne, la qualifiant de relation longue et unique. «À ce jour, nous maintenons des contacts étroits avec des membres des familles de responsables du gouvernement britannique en poste au Tibet avant 1959.»

"Je suis également très reconnaissant du vif intérêt et du soutien que nos amis britanniques ont manifestés pour les aspirations du peuple tibétain en matière de liberté et de dignité", a-t-il écrit.
"Nous vivons une période très difficile", a poursuivi Sa Sainteté. Il a déclaré qu'il avait rendu public son point de vue sur la question du retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne (UE), communément appelé le Brexit.

Il a réitéré son admiration pour l'esprit de l'Union européenne, selon lequel "les nations de l'Europe, après s'être battues pendant des siècles, ont plutôt décidé de travailler ensemble pour le bien commun".

«Néanmoins, je comprends le choix du référendum de 2016 et je le respecte», a-t-il ajouté.

Sa Sainteté a exprimé l'espoir que, quel que soit le résultat des changements imminents, le Royaume-Uni continuera à jouir d'une position influente dans un monde hautement interdépendant.

Il a offert ses prières et ses voeux en conclusion.

Johnson, qui a pris ses fonctions de Premier ministre mercredi à la suite de la démission de Theresa May, est le leader de la campagne pour le Brexit.

Dans son premier discours en tant que Premier ministre, il s'est dit confiant de pouvoir renégocier l'accord sur le Brexit et de pouvoir sortir de l'Union européenne en octobre avec "un nouvel accord, un meilleur accord".

Dalai Lama congratulates the new British Prime Minister

By Tenzin Sangmo DHARAMSHALA, July 25: The Tibetan spiritual leader His Holiness the Dalai Lama congratulated the newly appointed Prime Minister of the United Kingdom Boris Johnson in a letter sent from his residence in Dharamshala today.

http://www.phayul.com

Posté par Chesa à 13:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Décès, à 90 ans, du dirigeant chinois Hard Pénal Li Peng responsable de la loi martiale au Tibet ...

appelé aussi le BOUCHER DE BEIJING.

190724085120ZU 

DHARAMSHALA, 24 juillet 2019

By Tenzin Dharpo.

L'un des chefs communistes chinois les plus conservateurs, connu sous le nom de «boucher de Pékin» pour son rôle dans le massacre de centaines d'étudiants chinois sur la place Tiananmen, également responsable de la loi martiale au Tibet à la fin des années 80, est décédé à 90 ans. Les médias officiels chinois Xinhua ont rapporté mardi que Li était mort lundi soir à Beijing, sans donner plus de détails.

M. Li, qui était alors Premier ministre, a déclaré la loi martiale à Beijing à la télévision nationale le 20 mai 1989, qui a pris de l'ampleur deux semaines plus tard sur la place Tiananmen, où des centaines de personnes, y compris de nombreux étudiants participant au rassemblement en faveur de la démocratie, ont été tuées.

Une survivante du massacre de Tiananmen et une ancienne journaliste, Rose Tang, ont écrit sur son compte Facebook: «J'attendais que Butcher Li reste en vie pour être jugé, car il était un leader du massacre de Tiananmen. Et l’agence de presse numéro 1 en Chine, Xinhua, décrit Li comme "un soldat communiste loyal et un excellent dirigeant du parti et de la nation"? Je souhaite que l'enfer existe et que Li y soit torturé!

Le 4ème Premier ministre de la RPC était considéré comme l’un des dirigeants les plus conservateurs du bureau politique pour ses prises de position dans les années 1980 et 1990, principalement pour avoir appelé à la prudence face aux réformes économiques et à la mise en place de marchés libres en Chine. Jusqu'à sa mort, les critiques lui avaient demandé de comparaître devant le tribunal pour non seulement le massacre de la place Tiananmen, mais également des accusations de corruption, notamment son étroite association avec le projet hydroélectrique controversé, évalué à plusieurs milliards de dollars, "Le barrage des Trois Gorges", qu'il a personnellement supervisé.

Alors qu'il n'occupait aucun poste directement lié au Tibet occupé, Tenzin Tsetan, chercheur au Tibet Policy Institute (TPI), a confié à Phayul que Li était partiellement responsable des politiques répressives au Tibet depuis qu'il était Premier ministre de la République populaire de Chine.

«Lorsque les manifestations ont eu lieu au Tibet entre 1987 et 1989. Les manifestations ont abouti à l'imposition éventuelle de la loi martiale au Tibet. De nombreuses politiques répressives ont été introduites au Tibet avant sa retraite en 2002, alors qu'il faisait partie des plus hauts échelons du Parti communiste chinois et participait aux troisième et quatrième forums de travail au Tibet tenus en 1994 et 2001 respectivement », a déclaré le chercheur associé au Le groupe de réflexion CTA a dit à Phayul.

Hardliner Chinese leader Li Peng responsible for Martial Law in Tibet dies aged 90

By Tenzin Dharpo DHARAMSHALA, July 24: One of the most conservative Chinese communist leader known as the "butcher of Beijing" for his role in the massacre of hundreds of Chinese students at the Tiananmen square, also responsible for martial law Tibet in the late eighties has died aged 90.

http://www.phayul.com

Posté par Chesa à 12:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]