16 octobre 2018

UN ANCIEN PRISONNIER POLITIQUE DECEDE A LA SUITE DES TORTURES SUBIES

44057273_528857560913025_1096551884207947776_n

 

Des manifestations anti chinoises se sont déroulées dans le Comté de Machu, Préfecture autonome tibétaine de Kanlho, Province du Gansu, Amdo tibétain, en 2008.
http://www.tibet-info.net/…/Manifestations-dans-la-Province…

Les manifestations ont duré 3 jours. 
Le 16 mars 2008, au moins 12 Tibétains ont été tués et au moins 200 sévèrement blessés lorsque la police a ouvert le feu sur les manifestants. Ceux-ci réclamaient l’indépendance du Tibet.
En 2008, à la suite des manifestations, les autorités chinoises avaient émis un mandat d’arrêt contre Phelden aussi appelé Shonu Palden, considéré comme l’un des organisateurs des manifestations.
Mais le jeune nomade, alors âgé de 30 ans, avait échappé à l’arrestation en se cachant dans les montagnes pendant de nombreux mois.
En décembre 2011, Phelden a reçu un dernier avertissement pour qu’il se rende en échange d’une peine allégée, mais il a refusé jusqu’à son arrestation le 18 juin 2012 par les forces de sécurité. 
Cette arrestation s’est déroulée dans un restaurant, dans son village de Valwen. La police ayant été prévenue de l’endroit où il se trouvait.
Emprisonné, Phelden a été très sévèrement torturé.

« En juillet (2012), quelqu’un a vu Phelden au centre de détention local, ses mains et ses pieds attachés avec des chaînes à une chaise en fer rouillée » rapporte un ami de la famille
Phelden a été condamné à 2 ans et 9 mois de prison. Les charges exactes portées contre lui ne sont pas connues. 
En prison, il n’a pas reçu aucun des soins médicaux dont il avait besoin.
Il a été libéré par anticipation le 24 juillet 2013, avec de nombreux problèmes de santé,

En décembre 2017, une de ses filles s’est vu refuser l’admission dans une école à cause du passé politique de son père.
Après sa libération, Phelden a dû subir des pressions de la part des autorités locales pour soi-disant avoir donné des informations sur son état de santé et sur sa fille à une organisation de défense des droits humains.

Le 30 septembre 2018, Phelden est décédé pendant son transfert à l’hôpital.
Lui survivent sa femme, Tsering Dekyi, 28 ans, et trois enfants, Tenzin Kunkyab, garçon de 8 ans, Namgyal Dolma, 10 ans et Tashi Dolma 5 ans, ses deux filles.
Deux opérations et un traitement médical prolongé ont grevé les ressources financières de la famille.

 

Liberté pour les prisonniers Tibétains

Liberté pour les prisonniers Tibétains. 235 likes. Informations et actions pour les prisonniers politiques tibétains

https://www.facebook.com

Posté par Chesa à 14:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 octobre 2018

Répression sur de multiples fronts au Tibet, Rapport de la Commission américaine du 11 Octobre 2018.

DHARAMSHALA, Oct. 11, par TENZIN DHARPO.

Le rapport publié en 2018 par une agence indépendante des États-Unis, la Commission exécutive du Congrès sur la Chine (CECC), publiée mercredi, a indiqué que la répression se développait sur de nombreux fronts au Tibet. Le rapport fait état d'une détérioration de la liberté de religion, de mouvement et d'expression, d'une surveillance accrue, du statut de la culture tibétaine et des préoccupations environnementales au Tibet.

Le sénateur Marco Rubio (R-Fla.), Président de la Commission, a déclaré: «L’autoritarisme chinois en Chine menace directement notre liberté ainsi que nos valeurs les plus profondes et nos intérêts nationaux. La déclaration conjointe avec le coprésident, Chris Smith (R-NJ), a également déclaré que la situation des droits de l’homme en Chine, y compris au Tibet, continuait à se dégrader avec l’ascendant du président chinois Xi Jinping au sein du Parti communiste chinois. "

Le rapport soulignait le blocage du dialogue entre Pékin et les représentants du dirigeant tibétain, Sa Sainteté le Dalaï Lama, ces neuf dernières années, en dépit du renoncement des revendications d’indépendance du Tibet. La commission a recommandé que sa réincarnation ainsi que celle de personnalités religieuses du bouddhisme tibétain soient mieux laissées au peuple tibétain et non au gouvernement chinois.

La commission a déclaré: "Le parti et le gouvernement ont continué à réglementer le bouddhisme tibétain et ses pratiques dans le but de renforcer leur contrôle sur les bouddhistes tibétains", citant la répression contre des sites religieux et religieux importants, comme Larung Gar, qui sont en grande partie démolis, ainsi que la chaîne de 147 (159 selon les sources de l'exil) auto-immolation par les Tibétains depuis 2009.

Au sujet de la surveillance et de la progression sans cesse croissantes du Tibet vers un «État policier», le rapport indique que «les dépenses de sécurité intérieure dans deux préfectures tibétaines du Sichuan ont augmenté de près de 300% entre 2007 et 2016, tandis que les dépenses de sécurité intérieure du TAR augmentaient 404 pour cent sur la même période, comparé à une augmentation de 215 pour cent à l'échelle nationale. "

Le reportage a mis en exergue les cas de prisonniers politiques tibétains tels que Tashi Wangchuk, l'écrivain Shokjang et le militant et réalisateur Dhondup Wangchen, récemment libéré, qui s'étaient enfuis aux États-Unis l'année dernière, pour dénoncer la répression de la liberté d'expression par la Chine au Tibet.

Parmi ses nombreuses recommandations à la politique américaine vis-à-vis de la Chine, le CECC a demandé instamment de donner la priorité à la loi sur l'accès réciproque au Tibet, qui limiterait l'entrée aux États-Unis aux fonctionnaires chinois qui empêchent les Américains d'entrer au Tibet. Le projet de loi qui a été adopté à la Chambre des représentants et doit maintenant être approuvé par le Sénat. «Je suis convaincu que si nous pouvons le faire au Sénat sous une forme ou une autre, il sera adopté sans même un vote. Nous voulons y arriver, nous pensons qu’il est soutenu et nous travaillons fort pour y parvenir, a déclaré le sénateur Rubio lors de la conférence de presse de mercredi.

 

Repression on multiple fronts in Tibet, says report by US Commission on China

By Tenzin Dharpo DHARAMSHALA, Oct. 11: The 2018 report of a United State's independent agency, the Congressional-Executive Commission on China (CECC), published Wednesday, said there is a growing repression on multiple fronts in Tibet. The report shows deteriorating freedom of religion, movement and expression, heightened surveillance, status of Tibetan culture and environment concerns inside Tibet.

http://www.phayul.com

 

Posté par Chesa à 15:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 octobre 2018

Altitude et climat rude, voici la raison trouvée par l'Ambassadeur Chinois afin de refuser l'accès au Tibet ...

L'ambassadeur de Chine aux États-Unis, Cui Tiankai, a déclaré que l'entrée au Tibet des journalistes, étudiants et universitaires américains était interdite en raison de leur incapacité supposée à faire face à «la haute altitude et au climat rigoureux».

L’Ambassadeur Tiankai, lors de son entretien avec le Morning Edition du 3 octobre, numéro de la chaîne de télévision américaine NPR, a déclaré: «Nous sommes ouverts aux étudiants, professeurs, journalistes et universitaires américains. Bien sûr, pour d'autres endroits comme le Tibet, car l'altitude est très élevée et le climat peut être très rude là-bas. Tout le monde ne peut pas rapidement s'habituer à de telles conditions climatiques et naturelles. "

L'ambassadeur a en outre déclaré qu'un accès non réglementé au Tibet exercerait une pression démesurée sur l'environnement. Il a déclaré: «Nous devons protéger l'environnement local. Nous devrions avoir une limite sur le nombre de personnes en dehors des visiteurs chaque année.

Sinon, le fardeau sur l'environnement sera trop lourd. Les propos du diplomate ont depuis suscité le scepticisme et même la critique de sa mauvaise tentative de détourner des questions. Cette évolution intervient quelques jours après l’adoption par la Chambre des représentants des États-Unis de la loi sur l’accès réciproque au Tibet, un projet de loi visant à restreindre l’accès des diplomates, journalistes et universitaires chinois aux États-Unis, alors que leurs homologues américains étaient restreints.

Le projet de loi a reçu un soutien bipartite et unanime à la Chambre des représentants des États-Unis. Une version sénatoriale du projet de loi est parrainée et devrait obtenir le soutien des sénateurs américains. Dans son rapport annuel, le groupe de défense des droits de l'homme Freedom House a déclaré qu'il était plus difficile d'accéder au Tibet que d'entrer dans la nation hermite et recluse de la Corée du Nord.

By Tenzin Dharpo, le 09 Octobre 2018

 

"Altitude and tough climate" reason for denying access into Tibet, Chinese Ambassador says

By Tenzin Dharpo DHARAMSHALA, Oct. 9: The Chinese Ambassador to the United States Cui Tiankai has said that American journalists, students and scholars are denied entry into Tibet due to their supposed incapacity to handle "high altitude and tough climate".

http://www.phayul.com

Posté par Chesa à 21:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 octobre 2018

L'illusion de l'égo - Par Matthieu Ricard, le 9 octobre 2018.

MR1437-DB%206075-G

Dés ma première rencontre avec des sages de la tradition du Bouddhisme tibétain, j’ai été frappé par le fait qu’ils manifestaient d’une part une grande force intérieure, une bienveillance sans faille et une sagesse à toute épreuve, et d’autre part une complète absence du sentiment de l’importance de soi. J’ai moi-même observé à quel point l’identification à un « moi » qui siégerait au cœur de mon être est une source de vulnérabilité constante, et que la liberté intérieure qui naît d’un amenuisement de cette identification est une source de plénitude et de confiance sans égale.

Comprendre la nature de l’ego et son mode de fonctionnement est donc d’une importance vitale si l’on souhaite se libérer des causes intérieures du mal-être et de la souffrance. L’idée de se dégager de l’emprise de l’ego peut nous laisser perplexe, sans doute parce que nous touchons à ce que nous croyons être notre identité fondamentale.

Nous imaginons qu’au plus profond de nous-mêmes siège une entité durable qui confère une identité et une continuité à notre personne. Cela nous semble si évident que nous ne jugeons pas nécessaire d'examiner plus attentivement cette intuition. Pourtant, dès que l’on analyse sérieusement la nature du « moi », l’on s’aperçoit qu’il est impossible d’identifier une entité distincte qui puisse y correspondre. En fin de compte, il s’avère que l’ego n’est qu’un concept que nous associons au continuum d’expériences qu’est notre conscience.

Nous pourrions penser qu'en consacrant la majeure partie de notre temps à satisfaire et à renforcer cet ego, nous adoptons la meilleure stratégie pour atteindre le bonheur. Mais c’est faire ainsi un mauvais pari, car c'est tout le contraire qui se produit. L’ego ne peut procurer qu’une confiance factice, construite sur des attributs précaires – le pouvoir, le succès, la beauté et la force physiques, le brio intellectuel et l’opinion d’autrui – et sur tout ce qui constitue notre image.

Une confiance en soi digne de ce nom est tout autre. C’est paradoxalement une qualité naturelle de l’absence d’ego. La confiance en soi qui ne repose pas sur l’ego est une liberté fondamentale qui n’est plus soumise aux contingences émotionnelles, une invulnérabilité face aux jugements d’autrui, une profonde acceptation intérieure des circonstances, quelles qu’elles soient.

Cette liberté se traduit par un sentiment d’ouverture à tout ce qui se présente. Il ne s’agit pas d’une distante froideur ni d’un détachement sec, comme on l’imagine parfois lorsque l’on parle du détachement bouddhiste, mais d’un rayonnement altruiste qui s’étend à tous les êtres.
Lorsque l’ego ne se repaît pas de ses triomphes, il se nourrit de ses échecs en s’érigeant en victime. Entretenu par ses constantes ruminations, sa souffrance lui confirme son existence autant que son euphorie. Qu’il se sente porté au pinacle, diminué, offensé, ou ignoré, l’ego se consolide en n’accordant d’attention qu’à lui-même.

L’attachement à l'existence de l'ego considéré comme une entité unique et autonome est fondamentalement dysfonctionnel, car il est en porte-à-faux avec la réalité. Fondé sur une erreur, il est constamment menacé par la réalité, ce qui entretient en nous un profond sentiment d’insécurité. Conscient de sa vulnérabilité, l’ego tente par tous les moyens de se protéger et de se renforcer, éprouvant de l’aversion pour tout ce qui le menace et de l’attirance pour tout ce qui le sustente. De ces pulsions d’attraction et de répulsion naissent une foule d’émotions conflictuelles.

En vérité, nous ne sommes pas cet ego, nous ne sommes pas cette colère, nous ne sommes pas ce désespoir. Notre niveau d’expérience le plus fondamental est celui de la conscience pure, cette qualité première de la conscience et qui est le fondement de toute expérience, de toute émotion, de tout raisonnement, de tout concept, et de toute construction mentale, l’ego y compris.

Pour démasquer l’imposture du moi, il faut ainsi mener l’enquête jusqu’au bout. Quelqu’un qui soupçonne la présence d’un voleur dans sa maison doit inspecter chaque pièce, chaque recoin, chaque cachette possible, jusqu’à être sûr qu’il n’y a vraiment personne. Alors seulement peut-il avoir l’esprit en paix.

Si l’ego constituait vraiment notre essence profonde, on comprendrait notre inquiétude à l’idée de s’en débarrasser. Mais s’il n’est qu’une illusion, s’en affranchir ne revient pas à extirper le cœur de notre être, mais simplement à ouvrir les yeux, à dissiper une erreur. L’erreur n’offre aucune résistance à la connaissance, comme l’obscurité n’offre aucune résistance à la lumière. Des millions d’années de ténèbres peuvent être dissipées instantanément lorsqu’une lumière est allumée.

 

L'illusion de l'égo - Matthieu Ricard

Si l'ego constituait vraiment notre essence profonde, on comprendrait notre inquiétude à l'idée de s'en débarrasser. Mais s'il n'est qu'une illusion, s'en affranchir ne revient pas à extirper le cœur de notre être, mais simplement à ouvrir les yeux, à dissiper une erreur.

https://www.matthieuricard.org

Posté par Chesa à 11:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]