... Tibétains ...

15 août 2019

Trois moines de la société rebelle Ngaba détenus au secret dans une prison chinoise.

19081409563507

DHARAMSHALA, Aug. 14:

By Tenzin Dharpo

Les informations sur trois moines de la région agitée de Ngaba au Tibet occupé qui ont été arrêtés à des moments différents et qui ont été détenus au secret sont parvenues à des sources d'exil après des mois en raison de l'étouffement extrême des canaux d'information et de la quasi-fermeture de la région par le gouvernement chinois.

Des moines du monastère de Kirti, basé à Dharamshala, Kanyag Tsering et Lobsang Yeshi, ont déclaré mercredi aux médias que trois moines de la trentaine de Ngaba avaient été arrêtés et détenus au secret depuis fin 2017 par les autorités chinoises au Tibet occupé.

Lobsang Thamkhe, 37 ans, du monastère de Ngaba Kirti, arrêté en 2018 sur des accusations inconnues, a été condamné à quatre ans d'emprisonnement le 30 juillet. Son crime présumé, son lieu de détention actuel ainsi que son état de santé demeurent inconnus.

Un autre moine du monastère de Kirti, Lobsang Dorjee, 36 ans, qui a été arrêté vers le mois d'août 2018 pour des accusations inconnues n'a toujours pas été condamné. Dorjee avait déjà passé trois ans en prison en 2011 pour une manifestation à laquelle il avait pris part. On ignore toujours où il se trouve et son état de santé.

De plus, le moine Thubpa, âgé de 32 ans, du monastère de Tutse à Ngaba, qui a été arrêté fin 2017, est toujours détenu au secret. On pense qu'il n'a pas été condamné car sa famille n'a reçu aucune notification du gouvernement chinois. Il avait auparavant servi un an et demi en 2008 pour avoir brûlé un drapeau chinois et avoir protesté contre le régime chinois. Sa situation actuelle et son état demeurent également inconnus.

Kanyag Tsering, qui a relayé l'information aux médias, a déclaré qu'en raison de la surveillance stricte exercée sur tous les canaux d'information, y compris le téléphone et Internet, des informations vieilles de plusieurs mois et années pouvaient parfois mettre du temps à sortir du Tibet occupé

Three monks from restive Ngaba held incommunicado in Chinese prison

By Tenzin Dharpo DHARAMSHALA, Aug. 14: Information on three monks from the restive Ngaba region in occupied Tibet who were detained at separate times and have been held incommunicado have reached exile sources after months due to extreme choke on information channels and virtual lockdown of the region by the Chinese government.

http://www.phayul.com


Les marques de luxe Versace, Coach et Givenchy s'excusent en Chine !!

190813110226QV

DHARAMSHALA, Aug. 13:

By Tenzin Dharpo

À la suite des réactions négatives des consommateurs chinois qui ont mentionné Hong Kong et Taiwan comme pays distincts de la Chine, les marques de luxe Versace, Coach et Givenchy sont devenues les dernières sociétés à présenter des excuses à la Chine.

Les trois sociétés avaient auparavant vendu des t-shirts représentant des pays avec leur capitale. Les t-shirts montraient des Taipei-Taïwan, Hong Kong-Hong Kong et Macao-Macau qui énervaient des consommateurs chinois qui alléguaient que les entreprises portaient atteinte à la souveraineté de leur pays. Les internautes chinois de Sina Weibo, l’un des sites de micro-blogging les plus populaires de Chine, ont lu des articles liés à cet incident plus d’un milliard de fois depuis.

Beaucoup ont appelé à l'interdiction des produits, ce qui a incité les entreprises à présenter rapidement des excuses.
Versace, dont le siège est à Milan, a publié des «excuses profondes», affirmant que «son pays est attaché au développement à long terme en Chine et respecte les sentiments du peuple chinois». Donatella Versace, soeur du défunt fondateur de la maison de couture Gianni, écrivait sur son compte Instagram: «Je n'ai jamais voulu manquer de respect à la Souveraineté nationale de la Chine et c'est pourquoi je voulais m'excuser personnellement pour une telle inexactitude et le désarroi qu'elle aurait pu causer. ”

La société de label américaine Coach et la société française Givenchy ont également publié des déclarations similaires.

Les célébrités chinoises qui ont parrainé les entreprises se sont également dissociées des marques et ont coupé leurs liens avec elles. L'actrice chinoise Yang Mi, ambassadrice de la marque chinoise de Versace et membre du groupe de garçons chinois TFBoys, Jackson Yee, qui soutient Givenchy, a annoncé qu'elle ne travaillerait pas avec les deux sociétés.

Les trois sociétés rejoignent une longue liste de marques occidentales telles que Delta Air Lines, la marque d'accessoires haut de gamme Bulgari, le fabricant d'appareils médicaux Medtronic et la marque de mode Zara, parmi d'autres, qui s'étaient excusées auprès des consommateurs et du gouvernement chinois craignant d'interdire leurs activités dans le marché chinois. marché chinois lucratif.

Luxury brands Versace, Coach and Givenchy apologize to China

By Tenzin Dharpo DHARAMSHALA, Aug. 13: Following backlash from Chinese consumers for mentioning Hong Kong and Taiwan as separate countries from China, luxury brands Versace, Coach and Givenchy became the latest companies to apologize to China. The three companies earlier sold T-shirts that showed countries with their capital city.

http://www.phayul.com

Qu'est-ce que l'argent et les intérêts ne font pas faire ... 😢  J'ai honte de mon pays dans ce cas précis !

13 août 2019

Avocats supprimés pour Tashi WANGCHUK.

Lawyers-Barred-300x224

Tashi Wangchuk, défenseur de la langue tibétaine qui purge actuellement une peine de cinq ans d'emprisonnement à la prison de Donchuan à Amdo [chinois: Qinghai], s'est vu refuser la visite de ses avocats. Liang Xiaojun et Lin Qilei avaient l'intention de se rendre près de Wangchuk pour discuter de son appel, mais on lui a dit que, comme Wangchuk n'accepte pas d'avoir commis un crime, il est classé dans la catégorie "refus de coopérer" et ses visites ne seront pas autorisées.

Tibetan Headlines - Tibetan Magazine for Tibet News & Issues

A new feature length documentary The Dalai Lama - Scientist will be world premiered during the 76th Venice International Film Festival. "We are thrilled to be able to share the fascinating and unexpected story of the Dalai Lama and science, in a way that no one has ever seen it before," said Dawn Gifford Engle, the film's director and writer.

http://www.contactmagazine.net
- RAPPEL -

Heroes-Web-images_TashiWangchuk 

Tashi Wangchuk est un commerçant tibétain et milite pour un meilleur enseignement de la langue tibétaine dans les écoles du Tibet où le mandarin est devenu l'unique langue d'enseignement. Il a été arrêté par les autorités chinoises le 27 janvier 2016 et officiellement arrêté en mars 2016 pour «incitation au séparatisme». Maintenant condamné pour «incitation au séparatisme», Tashi Wangchuk passera au total cinq ans en prison et risque d'être soumis à la torture et à d'autres formes de mauvais traitements.

Il a exprimé son inquiétude sur les médias sociaux face aux enfants tibétains incapables de parler couramment leur langue maternelle et à l'extinction progressive de la culture tibétaine. En 2015, le New York Times, dans «Un voyage pour la justice des Tibétains», faisait état de ses tentatives de poursuivre en justice des responsables locaux pour le manque d’enseignement en tibétain dans les écoles, mais aucun cabinet juridique ne l’aiderait.

Bien que critique des menaces sur la langue et la culture tibétaines, Tashi n'a jamais écrit sur l'indépendance du Tibet. Sa campagne linguistique est conforme à la Constitution chinoise: «Le droit des minorités ethniques d’apprendre, d’utiliser et de développer leurs propres langues parlées et écrites est garanti conformément à la loi» (article 4). Au milieu de la répression actuelle en Chine, le cas de Tashi Wangchuk est un exemple de la façon dont les Tibétains font face à une persécution supplémentaire pour toute activité perçue comme une menace, par le biais d'accusations de «séparatisme».

Tashi Wangchuk a déclaré au New York Times que l'une des raisons pour lesquelles il avait insisté sur l'importance de la langue était qu'il ne pouvait pas trouver un endroit où ses deux nièces adolescentes pourraient continuer à étudier le tibétain, après que des fonctionnaires eurent forcé une école informelle gérée par des moines dans sa région. cesser d’offrir des cours de langue aux laïcs. Les fonctionnaires avaient également ordonné à d'autres monastères et à une école privée de la région de ne pas enseigner la langue à des laïcs. Et les écoles publiques avaient abandonné le véritable enseignement bilingue en chinois et en tibétain, n'enseignant le tibétain que dans une seule classe, comme une langue étrangère, si elles l'enseignaient du tout.

En septembre 2016, les procureurs ont achevé leur enquête et renvoyé l'affaire devant un tribunal pénal de la préfecture de Yushu, Qinghai, pour qu'elle soit jugée. En décembre 2016, ils ont pris la décision inhabituelle de demander au tribunal de leur renvoyer l'affaire pour complément d'enquête. La nouvelle enquête a été clôturée le 4 janvier 2017 et l'affaire a maintenant été renvoyée devant le tribunal. Le document soumis au parquet par la police indique que l'enquête sur Tashi Wangchuk est centrée sur le Documentaire du York Times sur ses tentatives infructueuses d'utilisation du système juridique pour contester les politiques du gouvernement chinois.

Le 26 mai 2017, une communication à la Chine de cinq titulaires de mandat au titre des procédures spéciales de l'ONU a été rendue publique; ils ont exprimé «leur profonde préoccupation face à l'arrestation, à la détention initiale au secret et au maintien en détention de Tashi Wangchuk, ainsi qu'à son droit limité à l'assistance d'un conseil, au refus de présenter les preuves à charge et aux irrégularités de l'enquête pénale». Ils ont en outre exprimé leur inquiétude quant à l'accusation "d'incitation au séparatisme" qui "criminalise l'exercice légitime de la liberté d'expression et sa défense des droits culturels", selon des experts de l'ONU.

Ni l'acte d'accusation de Tashi Wangchuk, ni aucune preuve de sa culpabilité n'ont été rendus publics. Pendant l’année de détention de Tashi Wangchuk, ses avocats, Lin Qilei et Liang Xiaojun n’ont pu lui rendre visite que quatre fois (les 19 juin, 8 et 9 septembre, le 2 novembre). Il n'a eu aucun contact avec sa famille avant septembre 2016. Il risque également d'être soumis à la torture en détention; En décembre 2015, le Comité des Nations Unies contre la torture a constaté que la pratique de la torture et des mauvais traitements était «encore profondément ancrée dans le système de justice pénale [de la Chine]», qui «repose excessivement sur des aveux pour fonder les condamnations». Cela incluait «de nombreux rapports de sources crédibles qui documentent en détail des cas de torture, de morts en détention, de détentions arbitraires et de disparitions de Tibétains».

La langue est le fondement de toute culture et identité, et la langue tibétaine a été constamment minée sous la domination chinoise au cours des six dernières décennies. Les autorités chinoises utilisent la domination croissante de la langue chinoise pour saper encore plus la culture tibétaine. La marginalisation de cette langue, notamment son retrait du programme, va à l’encontre des dispositions de la législation chinoise, en particulier de la loi régionale sur l’autonomie ethnique; Les protections juridiques chinoises pour la langue et la culture ne sont pas mises en œuvre au Tibet.

Tashi Wangchuk

UPDATE: On 22 May 2018 Tashi Wangchuk received a five year prison sentence, more than four months after his trial was held on 4 January 2018. Read Tibet Network's statement on Tashi's sentencing. He is now not due to be released until January 2021.

https://freetibetanheroes.org

Posté par Chesa à 12:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Bienfaisance.

welfare-charity-300x224

Le monastère de Tashi Lhunpo à Bylakuppe a organisé une action de bienfaisance et distribué de la nourriture et des couvertures aux habitants: de nombreuses régions de l'État de Karnataka, dans le sud de l'Inde, sont continuellement inondées et inondées par la rivière Kaveri, qui a ravagé la vie de ses habitants. . Le monastère de Tashi Lhunpo et les Tibétains vivant à Bylakuppe expriment leur solidarité et partagent leurs souffrances.

Tibetan Headlines - Tibetan Magazine for Tibet News & Issues

A new feature length documentary The Dalai Lama - Scientist will be world premiered during the 76th Venice International Film Festival. "We are thrilled to be able to share the fascinating and unexpected story of the Dalai Lama and science, in a way that no one has ever seen it before," said Dawn Gifford Engle, the film's director and writer.

http://www.contactmagazine.net

Posté par Chesa à 12:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Incitatif (récompense) en espèces !

Cash-Incentive-300x224

Les autorités de la région autonome du Tibet (TAR) offrent des récompenses en espèces en contrepartie du signalement d'un «contenu en ligne illégal», selon le Centre tibétain pour les droits de l'homme et la démocratie, basé à Dharamsala. Un maximum de 300 000 yuans [44 000 USD / 35 000 £] est offert pour des informations sur l'utilisation d'outils de communication réseau qui pourraient mettre en danger l'autorité chinoise : la diffusion d'informations est interdite, la justification de ces mesures inclut les lois antiterroristes.

Tibetan Headlines - Tibetan Magazine for Tibet News & Issues

A new feature length documentary The Dalai Lama - Scientist will be world premiered during the 76th Venice International Film Festival. "We are thrilled to be able to share the fascinating and unexpected story of the Dalai Lama and science, in a way that no one has ever seen it before," said Dawn Gifford Engle, the film's director and writer.

http://www.contactmagazine.net

Posté par Chesa à 12:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 août 2019

Les autorités de la province du Qinghai, ont libéré YONTEN RABGYAL, après un peu plus de 4 ans.

67490432_2876625575742376_3095860397446529024_n

Libération anticipée de Yonten Rabgyal parrainé via Tibet Post

Les autorités de la province du Qinghai, ont libéré Yonten Rabgyal, après un peu plus de 4 ans. Il avait eu accès à des informations diffusées par des chaînes de télévision étrangères.
Il a été libéré avant la fin de sa peine pour « bonne conduite » et travail difficile en prison, selon une source tibétaine.

Yonten Rabgyal, originaire de la préfecture de Golog (Guoluo), comté de Chigdril (Jiuzhi), a été libéré le 26 juillet 2019, un peu moins de deux ans avant la fin de sa peine de prison. Il a été transféré par la police de la prison à sa ville natale.
« Certains membres de sa famille et ses proches étaient allés l'accueillir à la porte de la prison, mais trois policiers chinois l'ont escorté jusqu’à sa maison », a déclaré une source anonyme tibétaine.
« Actuellement, son état de santé général est déplorable, mais ses membres ne sont pas endommagés », a déclaré la source, ajoutant: « Pour le moment, on ignore dans quelle mesure les autorités chinoises peuvent restreindre ses mouvements et son comportement dans le futur. "
Arrêté à Chigdril le 13 mars 2015 et accusé d'avoir «eu accès à un contenu illégal d'informations tibétaines », Yonten Rabgyal a été condamné à une peine de six ans d'emprisonnement, qu'il a purgée quatre ans et quatre mois avant d'être libéré, a déclaré la source.
« La mère de Yonten Rabgyal est tombée malade. Elle est décédée deux mois et demi après sa condamnation, et il n'a pas pu la revoir avant sa mort », a-t-elle déclaré.
« Yonten Rabgyal est un simple nomade qui s'entend bien avec les autres et connu pour son sens des responsabilités dans sa communauté », a ajouté la source.
Une autre source évoque un « homme d’action ».
Mais maintenant qu’une campagne nationale chinoise contre les «forces noires et perverses» bat son plein dans les régions tibétaines, les membres de la famille et les amis de la communauté trouvent qu'il est «peu pratique» de célébrer ouvertement la libération de Yonten Rabgyal ».
« Ce que Yonten Rabgyal a enduré pendant tant d'années de prison ne l'a pas été pour une affaire personnelle insignifiante, mais pour son amour sincère, sa loyauté et son patriotisme envers le peuple tibétain », a déclaré la source.

Les émissions de nouvelles étrangères sont fortement limitées dans les régions tibétaines de Chine et les autorités surveillent fréquemment les discussions en ligne et confisquent des téléphones portables pour rechercher ce qu'elles considèrent comme un contenu politiquement sensible.

(Source : Radio Free Asia)
Action Tibet Post :
http://tibetlib.blogspot.com/…/tibet-post-parrainage-person…

Liberté pour les prisonniers Tibétains

Liberté pour les prisonniers Tibétains. 285 likes. Informations et actions pour les prisonniers politiques tibétains

https://www.facebook.com

Posté par Chesa à 16:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

67471743_687643881701058_986630850625929216_n

La police du Sichuan a frappé des villageois tibétains trouvés en possession de photos du Dalaï Lama après l'anniversaire de celui-ci

Les agressions ont eu lieu dans deux communautés de réinstallation du comté de Palyul (Baiyu), préfecture de Kardze (Ganzi),
"Ils ont trouvé les photos du Dalaï Lama exposées dans les maisons, alors qu’ils inspectaient des logements", a déclaré une source qui a requis l’anonymat.

«Plus tard, les responsables locaux sont revenus, accompagnés de policiers armés vêtus de noir, ont pris toutes les photos et les ont confisquées, frappant et giflant toute personne ayant mis ces photos dans sa maison."

Des membres des deux communautés de réinstallation ont également brûlé du genévrier et récité des prières à l’occasion du 84ème anniversaire du Dalaï Lama, le 6 juillet (2019), et plusieurs résidents ont été arrêtés par la police, selon la source.

"En conséquence, les tensions restent fortes, plusieurs personnes dans les communautés ont été arrêtées."

Les détails de la date des agressions et des détentions ainsi que le nom et et le nombre des personnes détenues ne sont pas connus".

Les autorités de Kardze avaient déjà lancé une campagne contre la possession de photos du Dalaï Lama, se rendant dans des zones isolées ayant échappé à l'attention de la police, ont indiqué des sources tibétaines.

La campagne, qui a débuté fin avril, visait le comté de Serthar à Kardze mais est également appliquée dans d'autres régions de la région tibétaine orientale, le Kham, a déclaré un Tibétain vivant en Suisse.

«Les autorités chinoises ont interdit l'affichage des photos du Dalaï Lama dans toutes les maisons familiales de mon lieu natal à Serthar», a déclaré l'ancien prisonnier politique Golog Jigme, citant des sources dans le comté.

"Bien que la possession et l'affichage de photos du Dalaï Lama, largement qualifiés de «séparatistes» par les dirigeants chinois, soient depuis longtemps restreinte dans la Région autonome du Tibet et dans les provinces de l'ouest de la Chine, les responsables se rendent désormais même dans des zones nomades difficiles à atteindre pour faire respecter l'interdiction", a déclaré Golog Jigme.

Des responsables chinois des bureaux gouvernementaux surveillant les pratiques religieuses visitent également des écoles tibétaines et avertissent les enseignants et les étudiants de ne pas conserver ni afficher ces photos, a déclaré Golog Jigme, ajoutant que les Tibétains locaux étaient également invités à informer les visiteurs chinois de leur haut niveau de vie obtenu grâce aux subventions gouvernementales.
https://www.rfa.org/engl…/…/tibet/photos-07292019165028.html

Liberté pour les prisonniers Tibétains

Liberté pour les prisonniers Tibétains. 285 likes. Informations et actions pour les prisonniers politiques tibétains

https://www.facebook.com

Posté par Chesa à 16:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 juillet 2019

Pensée de la semaine.

L'acte positif fait avec amour et compassion
Est générosité parce qu'il est pour le bien des êtres,
Discipline parce qu'il est dépourvu de désir égoïste,
Patience parce qu'il fait inlassablement le bien d'autrui ;
Diligence parce qu'il est exécuté dans l'enthousiasme ,
Concentration parce qu'il est focalisé sur le bien des êtres ;
Et Connaissance s'il est libre d'attachement à l'existence réelle des choses :
Un tel acte n'est jamais dissocié des vertus transcendantes.

JIGME LINGPA (1729-1798) 

Posté par Chesa à 16:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Un législateur britannique propose un projet de loi pour un accès réciproque au Tibet.

image

The Potala Palace,  former residence of Tibet's spiritual leader the Dalai Lama, is shown in a file photo.

Un législateur britannique a soumis cette semaine à la Chambre des communes un projet de loi interdisant l'entrée au Royaume-Uni à tout responsable chinois surpris à bloquer la liberté de circulation des citoyens britanniques au Tibet.

Le projet de loi présenté mardi par le député du Parti conservateur, Tim Loughton, reflète un projet de loi similaire adopté aux États-Unis et exige qu'un rapport soit présenté au Parlement chaque année, répertoriant les cas dans lesquels des hommes politiques, diplomates et autres voyageurs britanniques se sont vu refuser l'entrée au Tibet.

"Mon Bill imiterait au Royaume-Uni ce que les États-Unis ont fait", a déclaré Loughton, président du Groupe parlementaire multipartite sur le Tibet, dans un clip vidéo publié sur Facebook mardi, citant ses préoccupations concernant ce qu'il a appelé les épouvantables violations des droits de l'homme par la Chine,  dans la région himalayenne.

«Pour dire à la Chine: vous devez vous ouvrir, nous devons dénoncer ces violations des droits de l'homme. Il faut que les Tibétains soient traités équitablement dans le monde et en Chine même. Si vous ne le faites pas, ne vous attendez pas à ce que les responsables de ces actes puissent venir au Royaume-Uni », a-t-il déclaré.

"Cela peut sembler une question lointaine, mais c'est un principe important pour les droits de l'homme des minorités dans le monde", a déclaré Loughton. "Et les Tibétains ont trop souffert."

Les détails de la date à laquelle le projet de loi de Loughton sera soumis à un débat au Parlement n’étaient pas immédiatement disponibles.

"Un geste positif"

Mercredi, lors de son allocution devant le service tibétain de RFA, le directeur de la campagne de plaidoyer pour la campagne Free Tibet basé à Londres, John Jones, a salué la présentation du projet de loi de Loughton au Parlement britannique.

«Nous pensons que c'est un geste positif. Nous avons été enthousiasmés par le succès du projet de loi sur l’accès réciproque aux États-Unis, et nous avons jugé bon que les autres pays répliquent et envoient un message au gouvernement chinois », a déclaré M. Jones.

"S'ils veulent imposer des restrictions de déplacement aux personnes du Royaume-Uni au Tibet, alors ceux qui les imposent doivent être tenus responsables de leurs actes."

Dans le but de renforcer l'accès des États-Unis au Tibet, aujourd'hui largement fermé par la Chine aux diplomates et journalistes américains, le président Donald Trump a signé le 20 décembre 2018 un projet de loi interdisant la délivrance de visas aux autorités chinoises responsables du blocage de l'entrée au pouvoir de Pékin. Région himalayenne.

La loi de 2018 sur l’accès réciproque au Tibet exige que le Secrétaire d’État américain identifie les fonctionnaires chinois responsables de l’exclusion des citoyens américains, y compris les Américains d’origine tibétaine, de la région autonome du Tibet (TAR), puis de leur interdire l’entrée aux États-Unis.

La loi exige également que le Département d’État fournisse chaque année au Congrès une liste des citoyens américains interdits d’entrée au Tibet.

"Mauvais signaux"

Dans le même temps, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, a critiqué la signature de la loi par Trump, affirmant que la nouvelle loi envoyait des signaux "gravement erronés" de soutien à ce qu'elle a appelé les forces travaillant à séparer le Tibet de la domination chinoise.

«Si les États-Unis appliquent cette loi, cela causera un grave préjudice à la Chine et aux États-Unis. aux relations et à la coopération dans des domaines importants entre les deux pays ", a-t-elle déclaré.

Pays autrefois indépendant, le Tibet a été repris et incorporé de force en Chine il y a près de 70 ans, à la suite de quoi le chef spirituel du Tibet, le Dalaï Lama, et des milliers de ses disciples se sont exilés en Inde.

Les autorités chinoises maintiennent désormais la région sous contrôle, limitant les activités politiques et l'expression pacifique d'identités ethniques et religieuses et soumettant les Tibétains à la persécution, à la torture, à l'emprisonnement et à des exécutions extrajudiciaires.

Rapporté par Guru Choegyi pour le service tibétain de RFA. Traduit par Dorjee Damdul. Écrit en anglais par Richard Finney.

Radio Free Asia

RFA is a private, nonprofit corporation that broadcasts news and information to listeners in Asian countries where full, accurate, and timely news reports are unavailable.

https://www.rfa.org

Posté par Chesa à 16:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
28 juillet 2019

La démolition à grande échelle commence au centre bouddhiste tibétain Yachen Gar du Sichuan.

image 

A demolished area of the Yachen Gar Tibetan Buddhist center is shown in a July 19, 2019 photo.

Screen grab from video

Les autorités de la province du Sichuan, dans l'ouest de la Chine, ont entamé une campagne de démolition à grande échelle au centre bouddhiste tibétain Yachen Gar. Des équipes de travail chinoises ont démoli plus d'une centaine de maisons de religieuses expulsées du complexe ces dernières semaines, ont précisé des sources tibétaines.

La destruction fait suite au retrait forcé, début mai, de 7 000 résidents du centre tentaculaire du comté de Palyul (en chinois Baidu), qui abritait autrefois environ 10 000 moines et nonnes consacrés à l'étude et à la méditation des Écritures.

La démolition des logements des religieuses a commencé le 19 juillet et a avancé rapidement, avec au moins 100 structures démolies maintenant, a déclaré vendredi un Tibétain vivant dans la région au service tibétain de RFA.

«La machinerie lourde déployée à Yachen Gar comprend des excavatrices, des bulldozers et des camions à benne basculante», a déclaré une source de RFA, ajoutant: «Pour l'instant, seules les habitations des nonnes sont ciblées, mais peu de temps après, ce seront les maisons. des moines. "

Le 20 juillet, des camions à benne basculante ont transporté l'épave des structures déjà détruites dans une zone vacante appelée Nyithang Yultso et l'ont empilée pour y être brûlée, a indiqué la source.

"Après chaque journée de travail, les hommes et les machines sont maintenant mis au repos pour la nuit dans une enceinte clôturée à la périphérie de Yachen Gar, à proximité d'un camp militaire", a-t-il déclaré.

Des moines et des administrateurs de Yachen Gar ont déjà envoyé plus de 40 pétitions aux autorités chinoises "à tous les niveaux", appelant à un arrêt des renvois et des destructions, mais leurs demandes ont été rejetées, a ajouté la source.

"Quand ils se rendent dans les bureaux et départements chinois concernés pour faire appel, les autorités chinoises les réprimandent en leur montrant du doigt leur visage, et les ont même giflées", a-t-il déclaré.

«Les responsables de Yachen Gar ont enduré tout cela en silence, dans l’espoir que leurs requêtes seront entendues, mais en vain.»

Un grand nombre des personnes expulsées de Yachen Gar sont actuellement en détention et soumises à une rééducation politique et à des passages à tabac, ont déclaré des sources à RFA dans des rapports précédents.

Les autorités chinoises sont entre-temps postées au centre pour "surveiller de près" ceux qui restent et pour contrôler tous les visiteurs extérieurs, tandis que les déplacements à destination et en provenance du centre sont strictement contrôlés et limités, selon des sources.

Une stratégie qui se déploie

Les restrictions imposées à Yachen Gar et au complexe plus connu de Larung Gar dans le comté de Serthar (Seda), dans le Sichuan, font partie d'une "stratégie politique en cours" visant à contrôler l'influence et la croissance de ces centres importants d'étude et de pratique du bouddhisme tibétain, un groupe de défense tibétain. a déclaré dans un rapport de mars 2017.

«[Les deux centres] ont amené des milliers de pratiquants chinois à étudier l'éthique bouddhiste et à recevoir un enseignement spirituel depuis leur création, et ont rapproché les communautés tibétaine et chinoise», a déclaré la Campagne internationale pour le Tibet basée à Washington.

En 2017 et 2018, au moins 4 820 moines et nonnes tibétains et chinois ont été retirés de Larung Gar, avec plus de 7 000 habitations et autres structures démolies à partir de 2001, selon des sources dans la région.

Rapporté par Kunsang Tenzin pour le service tibétain de RFA. Traduit par Dorjee Damdul. Écrit en anglais par Richard Finney.

Large-Scale Demolition Begins at Sichuan's Yachen Gar Tibetan Buddhist Center

Authorities in western China's Sichuan province have begun a campaign of large-scale demolition at the Yachen Gar Tibetan Buddhist center, with Chinese work crews tearing down over a hundred dwellings of nuns evicted from the complex in recent weeks, Tibetan sources say.

https://www.rfa.org

Posté par Chesa à 16:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

The Tibetan National Flag.

Tibet_Flag-300x200

CONTEXTE HISTORIQUE

Sous le règne du roi Songtsen Gampo, roi du VIIe siècle, le Tibet était l’un des empires les plus puissants de l’Asie centrale. Le Tibet avait alors une armée de 2 860 000 hommes. Chaque régiment de l'armée avait sa propre bannière. La bannière de Ya-ru To regiment avait une paire de lions des neiges se faisant face, celle de Ya-ru Ma un lion des neiges debout, s'élevant vers le ciel et celle d'U-ru vers une flamme blanche sur un fond rouge. .

Cette tradition s'est poursuivie jusqu'à ce que le treizième dalaï-lama conçoive une nouvelle bannière et publie une proclamation en vue de son adoption par tous les établissements militaires. Cette bannière est devenue le drapeau national tibétain actuel.

Explication du symbolisme du drapeau national tibétain

    Au centre se trouve une magnifique montagne enneigée, qui représente la grande nation du Tibet, connue sous le nom de Terre entourée de montagnes enneigées.

    Les six bandes rouges réparties dans le ciel bleu foncé représentent les ancêtres du peuple tibétain: les six tribus appelées Se, Mu, Dong, Tong, Dru et Ra, qui à leur tour ont donné naissance aux (douze) descendants. La combinaison de six bandes rouges (pour les tribus) et de six bandes bleu foncé (pour le ciel) représente la mise en acte incessante des actes vertueux de protection des enseignements spirituels et de la vie laïque par les divinités protectrices protectrices noires et rouges avec lesquelles le Tibet a été connecté depuis des temps immémoriaux.

    Au sommet de la montagne enneigée, le soleil avec ses rayons brillants dans toutes les directions représente la jouissance égale de la liberté, du bonheur spirituel et matériel et de la prospérité de tous les êtres vivant au Tibet.

    Sur les pentes de la montagne, une paire de lions des neiges se dresse fièrement, flamboyant des mânes de l'intrépidité, ce qui représente l’accomplissement victorieux du pays d’une vie spirituelle et laïque unifiée.

    Le beau et radieux joyau tricolore tenu en haut représente le respect toujours présent respectueusement respecté par le peuple tibétain envers les trois joyaux suprêmes, objets de refuge: Bouddha, Dharma et Sangha.

    Le bijou tourbillonnant de couleur situé entre les deux lions représente le peuple qui garde et chérit l’autodiscipline d’un comportement éthique correct, principalement représenté par les pratiques des dix vertus exaltées et des seize modes de conduite humains.

Enfin, la parure avec une bordure jaune symbolise le fait que les enseignements du Bouddha, qui ressemblent à de l’or pur et raffiné et qui n’ont aucune limite dans l’espace et dans le temps, sont florissants et se répandent.

The Tibetan National Flag

HISTORICAL BACKGROUND During the reign of the seventh-century king, Songtsen Gampo, Tibet was one of the mightiest empires in Central Asia. Tibet, then, had an army of 2,860,000 men. Each regiment of the army had its own banner.

https://tibet.net

Posté par Chesa à 15:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Le grand tyran de la Chine fait des ravages parmi le peuple tibétain.

thumb (1) 

SA legislator Mkhuleko Hlengwa from the Inkatha Freedom Party speaking at the South African Parliament,

11 July 2019. (Photo- tibet.net)

DHARAMSHALA, July 26,

By Tenzin Dharpo

A south African MP earlier this month gave an impassioned speech in the parliament of Africa’s leading nation, calling on his government to do more for Tibet and called out China’s blatant human rights violation on Tibetans.

The African legislator from the Inkatha Freedom Party, Mkhuleko Hlengwa highlighted in his five-minute speech the atrocious human rights violations committed by the Chinese government in restive Tibet and demanded that the South African government must prioritise human dignity, freedom, and justice before economic ties with China, the exile Tibetan government run Tibet.net reported.

Speaking in the SA parliament on July 11, Hlengwa said, “I had the privilege of attending the Tibet day (celebration of His Holiness the Dalai Lama’s birthday) in Pretoria which was hosted by his office (Office of Tibet, South Africa) here in South Africa. The shirt I am wearing was given to me then as a reminder that we as south of Africa, the land of the free should be a refuge of those who are world oppressed.”

“As we speak about the issue of Israel and Palestine in ensuring a lasting solution, the two-state solution, we agree with you. We must speak about the big bully China and it’s One-China policy and what it is doing and wreaking havoc for the people of the Tibet and Taiwan who themselves also want their freedom and democracy.”

The young MP also pointed to India and its role in helping the exile Tibetan leader His Holiness the Dalai Lama and his people, saying that SA must not overlook human rights concerns in Tibet when trading with China.

He also urged his government to reflect and reconsider the decision to not allow the Dalai Lama to visit South Africa. “We must reflect, therefore, on the decisions we took not to grant a visa to the Dalai Lama as a reminder that we should never walk away from Human Rights,” he said.

China is the largest trading partner of South Africa. The Pretoria government, critics say, has kow-towed to Beijing’s directive when it comes to human rights concerns and politically touchy issues such as Tibet and Taiwan. The Dalai Lama was denied visa to SA on three occasions. 

Big bully China wreaking havoc for people of Tibet: South African legislator

By Tenzin Dharpo DHARAMSHALA, July 26: A south African MP earlier this month gave an impassioned speech in the parliament of Africa's leading nation, calling on his government to do more for Tibet and called out China's blatant human rights violation on Tibetans.

http://www.phayul.com

Posté par Chesa à 13:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Diplomatie quand tu nous tiens (◣_◢) et sujet délicat pour Sa Sainteté qui se sort très bien de ce mauvais pas.

Le Dalaï Lama félicite le nouveau Premier ministre britannique.

thumb 

DHARAMSHALA, 25 juillet,

By Tenzin Sangmo

Le chef spirituel tibétain, Sa Sainteté le Dalaï Lama, a félicité le Premier ministre nouvellement nommé du Royaume-Uni, Boris Johnson, dans une lettre qu'il a envoyée de sa résidence à Dharamshala aujourd'hui.

Dans cette lettre, Sa Sainteté a expliqué à quel point il était touché par l'affection et l'amitié que lui témoignaient des personnes de tous les horizons lors de ses visites régulières au Royaume-Uni au fil des années.

Sa Sainteté a évoqué la relation historique entre le Tibet et la Grande-Bretagne, la qualifiant de relation longue et unique. «À ce jour, nous maintenons des contacts étroits avec des membres des familles de responsables du gouvernement britannique en poste au Tibet avant 1959.»

"Je suis également très reconnaissant du vif intérêt et du soutien que nos amis britanniques ont manifestés pour les aspirations du peuple tibétain en matière de liberté et de dignité", a-t-il écrit.
"Nous vivons une période très difficile", a poursuivi Sa Sainteté. Il a déclaré qu'il avait rendu public son point de vue sur la question du retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne (UE), communément appelé le Brexit.

Il a réitéré son admiration pour l'esprit de l'Union européenne, selon lequel "les nations de l'Europe, après s'être battues pendant des siècles, ont plutôt décidé de travailler ensemble pour le bien commun".

«Néanmoins, je comprends le choix du référendum de 2016 et je le respecte», a-t-il ajouté.

Sa Sainteté a exprimé l'espoir que, quel que soit le résultat des changements imminents, le Royaume-Uni continuera à jouir d'une position influente dans un monde hautement interdépendant.

Il a offert ses prières et ses voeux en conclusion.

Johnson, qui a pris ses fonctions de Premier ministre mercredi à la suite de la démission de Theresa May, est le leader de la campagne pour le Brexit.

Dans son premier discours en tant que Premier ministre, il s'est dit confiant de pouvoir renégocier l'accord sur le Brexit et de pouvoir sortir de l'Union européenne en octobre avec "un nouvel accord, un meilleur accord".

Dalai Lama congratulates the new British Prime Minister

By Tenzin Sangmo DHARAMSHALA, July 25: The Tibetan spiritual leader His Holiness the Dalai Lama congratulated the newly appointed Prime Minister of the United Kingdom Boris Johnson in a letter sent from his residence in Dharamshala today.

http://www.phayul.com

Posté par Chesa à 13:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Décès, à 90 ans, du dirigeant chinois Hard Pénal Li Peng responsable de la loi martiale au Tibet ...

appelé aussi le BOUCHER DE BEIJING.

190724085120ZU 

DHARAMSHALA, 24 juillet 2019

By Tenzin Dharpo.

L'un des chefs communistes chinois les plus conservateurs, connu sous le nom de «boucher de Pékin» pour son rôle dans le massacre de centaines d'étudiants chinois sur la place Tiananmen, également responsable de la loi martiale au Tibet à la fin des années 80, est décédé à 90 ans. Les médias officiels chinois Xinhua ont rapporté mardi que Li était mort lundi soir à Beijing, sans donner plus de détails.

M. Li, qui était alors Premier ministre, a déclaré la loi martiale à Beijing à la télévision nationale le 20 mai 1989, qui a pris de l'ampleur deux semaines plus tard sur la place Tiananmen, où des centaines de personnes, y compris de nombreux étudiants participant au rassemblement en faveur de la démocratie, ont été tuées.

Une survivante du massacre de Tiananmen et une ancienne journaliste, Rose Tang, ont écrit sur son compte Facebook: «J'attendais que Butcher Li reste en vie pour être jugé, car il était un leader du massacre de Tiananmen. Et l’agence de presse numéro 1 en Chine, Xinhua, décrit Li comme "un soldat communiste loyal et un excellent dirigeant du parti et de la nation"? Je souhaite que l'enfer existe et que Li y soit torturé!

Le 4ème Premier ministre de la RPC était considéré comme l’un des dirigeants les plus conservateurs du bureau politique pour ses prises de position dans les années 1980 et 1990, principalement pour avoir appelé à la prudence face aux réformes économiques et à la mise en place de marchés libres en Chine. Jusqu'à sa mort, les critiques lui avaient demandé de comparaître devant le tribunal pour non seulement le massacre de la place Tiananmen, mais également des accusations de corruption, notamment son étroite association avec le projet hydroélectrique controversé, évalué à plusieurs milliards de dollars, "Le barrage des Trois Gorges", qu'il a personnellement supervisé.

Alors qu'il n'occupait aucun poste directement lié au Tibet occupé, Tenzin Tsetan, chercheur au Tibet Policy Institute (TPI), a confié à Phayul que Li était partiellement responsable des politiques répressives au Tibet depuis qu'il était Premier ministre de la République populaire de Chine.

«Lorsque les manifestations ont eu lieu au Tibet entre 1987 et 1989. Les manifestations ont abouti à l'imposition éventuelle de la loi martiale au Tibet. De nombreuses politiques répressives ont été introduites au Tibet avant sa retraite en 2002, alors qu'il faisait partie des plus hauts échelons du Parti communiste chinois et participait aux troisième et quatrième forums de travail au Tibet tenus en 1994 et 2001 respectivement », a déclaré le chercheur associé au Le groupe de réflexion CTA a dit à Phayul.

Hardliner Chinese leader Li Peng responsible for Martial Law in Tibet dies aged 90

By Tenzin Dharpo DHARAMSHALA, July 24: One of the most conservative Chinese communist leader known as the "butcher of Beijing" for his role in the massacre of hundreds of Chinese students at the Tiananmen square, also responsible for martial law Tibet in the late eighties has died aged 90.

http://www.phayul.com

Posté par Chesa à 12:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 juin 2019

Les Tibétains protestent à la 41ème session du Conseil des droits de l'homme à Genève.

190630121723G9

Des Tibétains manifestent pacifiquement au 41ème Conseil des droits de l'homme. PC-VoT

DHARAMSHALA, 29 juin, by Tenzin Sangmo :

Des Tibétains du Liechtenstein et de la Suisse ont manifesté pacifiquement lors de la 41ème session du Conseil des droits de l'homme, qui se tient actuellement à Genève.

Les Tibétains ont exhorté les pays membres à faire pression sur la Chine pour qu'elle adhère aux normes internationales relatives aux droits de l'homme.

Environ 50 membres de la communauté tibétaine se sont rassemblés de 11h00 à 16h30 pour résister à la chaleur. Le représentant du Bureau du Tibet, M. Chemey Rigzin, des membres d'ONG tibétaines, des militants du public et du Tibet.

Rigzin a longuement parlé de la situation désastreuse qui règne actuellement au Tibet.

Norbu, le président de la communauté, a affirmé que les États membres présents au conseil devraient tenter d'atténuer les souffrances des Tibétains à l'intérieur du Tibet par le biais du conseil des droits de l'homme.

Les manifestants ont également adressé un appel à la Haut-Commissaire des Nations Unies, Michelle Bachelet, dans lequel il déclarait que, depuis la formulation de la Convention relative aux droits de l'enfant depuis 30 ans, le conseil devrait enquêter auprès de la Chine à propos du 11ème Panchen Lama, enlevé à l'âge de six ans en 1995.

L'appel a également appelé à la protection des droits éducatifs et linguistiques des enfants au Tibet et à la création d'un comité indépendant d'établissement des faits pour enquêter sur le cas du militant pour les droits linguistiques Tashi Wangchuk et sur le cas de nombreuses immolations jusqu'à ce jour.

La lettre d'appel a en outre déclaré que si les États membres restaient silencieux et ne soulevaient pas de questions relatives aux droits de l'homme avec la Chine, elle violait le principe fondamental du conseil des droits de l'homme, ajoutant que le dialogue pacifique entre la Chine et le représentant de Sa Sainteté le Dalaï Lama demeurait le seule solution viable pour résoudre le problème du Tibet.

Tenzin Wangmo, représentante de l’Association tibétaine d’amitié suisse, présidente de l’Association régionale des femmes tibétaines, Dekyi Santamaria, et la représentante du Congrès régional de la jeunesse tibétaine, Tenzin Dechen, ont également pris la parole.

Tibetans protests at the 41st session of Human Rights Council in Geneva

By Tenzin Sangmo DHARAMSHALA, June 29: Tibetans in Liechtenstein and Switzerland carried out a peaceful protest at the ongoing 41st Session of Human Rights Council taking place in Geneva yesterday. Tibetans urged the member countries to assert pressure on China to adhere to the International Human Rights norms. About 50 members of Tibetan community braced the heat to protest from 11:00 am to 04:30 pm.

http://www.phayul.com

Posté par Chesa à 21:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 Tibétains condamnés à Nangchen / Article nettement plus complet par Phayul.

190628084039OU

Police raid on a casino venue [Photo- Hongyuan county government]

DHARAMSHALA, 28 juin, by Tenzin Sangmo:

Dans le cadre d'une campagne nationale visant à éliminer les activités criminelles liées aux «forces noires et perverses», les autorités chinoises ont condamné 21 Tibétains dans la ville de Shordha, comté de Nangchen (Ch: Nangqin), Kyegudo (Ch: Yushu) , Province du Qinghai, dans la province tibétaine du Kham.

Selon le Centre tibétain pour les droits de l'homme et la démocratie (TCHRD), les 21 Tibétains ont été accusés d'activités criminelles associées à des forces perverses usurpant le contrôle politique à la base. Les accusations incluaient également «de créer des obstacles pour la politique gouvernementale, de ne pas accepter de compensation pour la conservation de l'environnement, d'empêcher les autres de la recevoir et d'influencer négativement le fonctionnement régulier des comités de village et de parti».

Pema Gyal, chercheur tibétain au TCHRD, a fait remarquer que la campagne était clairement motivée par des considérations politiques et que l'inclusion d'un large éventail de sujets relevant de son mandat permettait aux autorités d'arrêter quiconque en toute impunité.

Condamnés en deux groupes, onze personnes ont reçu une amende allant de 10 000 à 50 000 yuans, assorties d’une peine de prison allant de deux à six ans. Un autre groupe de dix personnes ont été condamnées à des peines allant de trois ans et demi à six ans d'emprisonnement, avec une amende allant de 2 000 000 à 3 500 000 yuans.

Les autorités locales ont affirmé que ces deux affaires "symbolisaient les activités criminelles associées à l'utilisation du contrôle politique local par des forces perverses". Zomché et Wangché, les dirigeants de deux groupes, ont été accusés de "mobiliser le soutien d'un groupe de villageois pour mettre en place une" protection de l'environnement ". "comité composé de 10 membres" et d'une "équipe de neuf membres" pour s'immiscer dans les activités du gouvernement et s'emparer du pouvoir local pour créer des obstacles dans la mise en œuvre de sa politique. "

«Depuis l’année dernière, la Chine a intensifié sa campagne généralisée et systématique visant à éliminer les« crimes organisés et autres forces noires et perverses », soulevant des craintes quant aux violations potentielles des droits de l’homme commises par les défenseurs des droits de l’homme et les dissidents, a souligné le TCHRD.

En avril de cette année, neuf Tibétains ont été condamnés à des peines allant de trois à sept ans de prison dans le comté de Rebkong (Ch: Tongren), préfecture autonome tibétaine de Malho (Ch: Huangnan), dans la province de Qinghai.

Appelant à la libération immédiate de toutes les personnes arrêtées au cours de la campagne, le TCHRD a déclaré qu'il était de plus en plus préoccupé par le fait que les autorités chinoises utilisaient cette campagne pour lancer une chasse politique aux sorcières afin d'écraser la dissidence pacifique au Tibet.

21 Tibetans sentenced in Nangchen

By Tenzin Sangmo DHARAMSHALA, June 28: In an ongoing nationwide campaign to eliminate criminal activities related to 'black and evil forces,' Chinese authorities have sentenced 21 Tibetans in Shordha town in Nangchen (Ch:Nangqin) County, Kyegudo (Ch: Yushu) Tibetan Autonomous Prefecture, Qinghai Province, in the Tibetan province of Kham.

http://www.phayul.com

Posté par Chesa à 21:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 Juin 2019 = 21 sentences prononcées.

65260092_2795324203872514_6602690448622354432_n

21 personnes ont été envoyées en prison pour avoir commis des «activités criminelles» dans la ville de Shordha, dans le Kham [en chinois: Qinghai], selon le Centre tibétain pour les droits de l'homme et la démocratie. Leurs peines de prison varient de deux à six ans, assorties d'amendes substantielles. Le rapport du TCHRD indique qu’ils ont participé activement à des campagnes en faveur de l’environnement et des droits de l’homme qui vont à l’encontre des politiques du régime chinois dans leur région.

Tibetan Headlines - Tibetan Magazine for Tibet News & Issues

HH the Dalai Lama has given an interview for the BBC World Service in which he criticised United States President Trump saying he has a "lack of moral principle", spoke about Brexit and said he had not given up hope of returning to Tibet.

http://www.contactmagazine.net

Posté par Chesa à 21:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Des militants tibétains à Golog sont visés / Par Jailel Barr / 31 Mai 2019.

stop-teaching-in-tibetan_golog-1

Une campagne qui prétend cibler le crime organisé dans la préfecture autonome tibétaine de Golog à Amdo, dans le nord-est du Tibet, a conduit au harcèlement et à une surveillance stricte des Tibétains avec une histoire d'activisme politique, a déclaré Radio Free Asia dans un rapport citant deux sources locales. Le 22 mai, leur source aurait déclaré: "Sous le nom d'enraciner toutes les forces noires et perverses, les Chinois ont ciblé le jeu illégal et la formation d'organisations de base qui sollicitent de l'argent de la part de personnes" (notre emphase) et que 14 personnes ont été arrêtées. Le rapport poursuit: "La campagne impose des restrictions strictes à la capacité des Tibétains de rassembler et de partager des informations sur les médias sociaux", et les gens doivent "éviter de parler au hasard à des étrangers de l’Amérique et de l’Occident".

La source a également déclaré à RFA: «Si une association compte plus de 10 personnes, elles doivent demander l’autorisation en s’enregistrant auprès du village local et jusqu’au niveau du comté».

Le Centre tibétain pour les droits de l'homme et la démocratie a déclaré que la campagne avait «entraîné une restriction accrue des droits de l'homme et de la vie du peuple tibétain», et qu'elle avait «abouti à la détention, à l'arrestation et à la torture de militants des droits de l'homme et de l'environnement, des Tibétains ordinaires pour promouvoir l’utilisation de la langue tibétaine ".

Tibetan Activists in Golog Targeted - Tibetan Magazine for Tibet News & Issues

A campaign that claims to target organised crime in Golog Tibetan Autonomous Prefecture in Amdo, north eastern Tibet, has led to harassment and strict surveillance of Tibetans with a history of political activism, says Radio Free Asia in a report citing two local sources and released on May 22.

http://www.contactmagazine.net

Posté par Chesa à 21:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 mai 2019

FTH_Logo_Banner-960x118_Black-on-Yellow

LA TORTURE AU TIBET
La torture et les mauvais traitements sont très répandus au Tibet.

Les prisonniers politiques tibétains sont soumis à la torture et à des mauvais traitements pour briser leur esprit et obtenir des aveux qui sont à la base des condamnations à des peines de prison de longue durée.

Les pratiques de torture courantes incluent:

Bâtons aux chocs électriques à la tête, au visage, à la bouche ou même aux organes génitaux
Battre avec des bâtons et des tiges de fer
Forcé assis / debout dans des positions extrêmes pendant des heures
Application d'objets chauds sur la peau
Torture mentale et humiliation
Privation de sommeil et de nourriture
Isolement cellulaire à la lumière du jour
De nombreuses méthodes de torture cruelles sont utilisées, qui peuvent laisser des cicatrices mentales et physiques aux prisonniers.

Take Action - Free Tibetan Heroes

Free Tibetan Heroes take action, sign petitions, write letters, send fax and text messages and find protest marches for the free Tibet cause.

https://freetibetanheroes.org

Posté par Chesa à 20:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

59865425_1943608545748932_6011860479503237120_n

Michel AMIEL En marge de la convention de Riga, rencontre avec l’ancien président du gouvernement tibétain en exil.

Mo Outlan  =       Avec tout mon respect Monsieur le Sénateur, il s'agit de l'ancien président du Parlement tibétain (et non pas du gouvernement). Ce moine, Khenpo Sonam Tenphel, n'a occupé ce poste de "Speaker" que durant 2 ans ou 2 ans 1/2.
Son prédécesseur se nomme Pe
npa Tsering. Il a quitté ce siège qu'il a longtemps occupé car, en mai 2016, il a été désigné par le Dalaï Lama lui-même pour être son représentant à Washington DC, le bureau du Tibet le plus important avec celui de Delhi.
J'avoue que c'est un peu difficile de s'y retrouver...
Mais comme vous le savez, le président du gouvernement s'appelle Sangay. Techniquement, il dirige le "Kashag" - le "Cabinet" des ministres - et pas le Parlement. Son prédécesseur est le Vénérable professeur Samdhong Rinpoché (2001 à 2011).

Michel Amiel =  dont acte et désolé de la confusion

Mo Outlan  =       Monsieur le Sénateur, un exercice bien difficile quand il y a autant de nouvelles personnes dont il faut retenir à la fois le nom et le titre, toutes nationalités confondues. Avec mes respect.

Michel Amiel

Michel Amiel. 935 likes · 98 talking about this. Facebook officiel de Michel AMIEL Sénateur des Bouches-du-Rhône Conseiller municipal des Pennes-Mirabeau

https://www.facebook.com

Posté par Chesa à 20:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]