... Tibétains ...

14 octobre 2017

3097635447_a4f44193d2

Photo MATTHIEU RICARD

 Pierres recouvertes de prières et de mantras gravés à la main ~ Tibet Oriental, 1985.

Posté par Chesa à 16:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Education_banner12

Actualités Archives - Karuna-Shechen

Suivez l'actualité de nos projets humanitaires sur le terrain, de notre fondateur, Matthieu Ricard, et de nos partenaires locaux et internationaux.

http://karuna-shechen.org

Posté par Chesa à 16:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Restrictions amplifiées sur les réseaux sociaux à la suite des dernières immolations.

Lundi 12 juin 2017 par Monique Dorizon , Rédaction

Une augmentation récente du nombre de manifestations par auto-immolation de Tibétains a entraîné une vive répression des autorités sur les communications par Internet ; la police surveillant régulièrement les sites des réseaux sociaux pour déceler des échanges d’informations hors de la région, selon des sources tibétaines.

"Beaucoup ont été détenus pour avoir mentionné des développements politiquement sensibles à des contacts en dehors du pays, à travers les médias", a déclaré un ancien prisonnier politique.
"Les autorités surveillent et enquêtent, et ont récemment mis certaines personnes en détention", a déclaré la source, parlant sous couvert d’anonymat depuis le Sichuan.
"Je suis très prudent maintenant dans la façon dont j’utilise WeChat", a déclaré la source, se référant à une plate-forme de médias sociaux chinois très populaire. "Les amis tibétains qui ont été mis en prison puis libérés, sont surveillés encore plus étroitement". "Je ne veux plus retourner dans une prison chinoise", a-t-il ajouté. "Ce serait dévastateur pour ma famille".

Un autre ancien prisonnier a demandé à ne plus être contacté par WeChat, craignant pour sa sécurité personnelle. Des "restrictions intenses" ne lui ont pas permis de parler même avec les membres du groupe de discussion (de WeChat), qui doivent maintenant l’appeler par téléphone, a-t-il dit.
"Tout le monde doit faire très attention maintenant", a déclaré cette source.
"Les autorités exercent une pression intense sur moi et me menacent, disant que si je persiste, je pourrais atterrir à nouveau en prison. Je n’ai pas d’autre choix que de fermer mon compte WeChat", a-t-il déclaré.
C’est par ces mots : "S’il te plait accepte mes excuses. Je te souhaite bonne chance !" que cette source a terminé son échange avec Radio Free Asia.

Après une chute de l’année dernière dans le nombre d’auto-immolations de Tibétains contestant la domination chinoise dans les zones tibétaines, quatre ont eu lieu au cours des cinq premiers mois de 2017.

La police réduit systématiquement les communications Internet et téléphoniques à la suite d’auto-immolations ou autres manifestations tibétaines contestant la règle de Pékin, qui contrôle les médias chinois et interdit la couverture de récits jugés politiquement sensibles.

Source : Radio Free Asia, 30 mai 2017.

Hélas, toujours d'actualité ...

Restrictions amplifiées sur les réseaux sociaux à la suite des dernières immolations

Une augmentation récente du nombre de manifestations par auto-immolation de Tibétains [ 1] a entraîné une vive répression des autorités sur les communications par Internet ; la police surveillant régulièrement les sites des réseaux sociaux pour déceler des échanges d'informations hors de la région, selon des sources tibétaines.

http://www.tibet-info.net

Posté par Chesa à 16:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Un savant chinois dit que les Tibétains ne doivent pas perdre espoir ...

171012092027UB

1710120924476T

DHARAMSHALA, 12 octobre:

Le professeur Ming Xia, professeur de sciences politiques à la City University of New York (CUNY), a déclaré que les Tibétains ne doivent pas perdre espoir dans l'approche du MidWay et que le gouvernement chinois ne doit pas en douter.

Le professeur Xia, qui était à Dharamshala pour le Forum 5-50 organisé par le gouvernement tibétain en exil, s'exprimait lors d'un événement public organisé conjointement par six associations tibétaines basées à Dharamsala à l'école de Yongling.

"Grâce à cette plate-forme, je veux exhorter mes compatriotes chinois à ce que cette approche soit bénéfique pour le Tibet et la Chine. Je suis sûr d'un résultat fructueux si les Tibétains ne perdent pas espoir et si la Chine disperse ses doutes ", a déclaré le professeur lors de la conférence.
Il a également étendu sa confiance sur un «changement» dans les perspectives et les politiques de la Chine envers les minorités ethniques en citant l'exemple de l'abolition de la «politique de l'enfant unique» et le nombre croissant de Chinois suivant le bouddhisme.
"Rien n'est éternel. Donc, la politique répressive au Tibet va changer ", a-t-il dit en chinois, traduite par Kunga Tashi, officier de liaison chinois à l'Office of Tibet Washington DC.

Le professeur a dit avoir rencontré Sa Sainteté le Dalaï Lama en 2008 et depuis, avoir rencontré le dirigeant tibétain plus de 15 fois. A travers ces rencontres et ces discussions avec le Dalaï Lama, il a déclaré avoir développé une "foi totale" dans l'approche de la non-violence adoptée par le chef spirituel tibétain.
Cependant, en conséquence, il n'est pas allé en Chine depuis plus de neuf ans et a souvent été confronté et averti par les services secrets chinois de ne pas soutenir l'approche. Il a dit: "J'ai peut-être quitté ma patrie, mais je sais que j'ai choisi le bon chemin imaginé par Sa Sainteté. Ce n'est que bénéfique et je n'ai aucun regret dans mon choix. "
Le professeur a grandi en étudiant la «version chinoise» de l'histoire du Tibet et des affaires mondiales, il dit que le gouvernement chinois a toujours freiné la prise de conscience des objectifs du MWA auprès du grand public et depuis que le Dalaï Lama l'a proposé, les autorités appliquent plus de restrictions à ce sujet.

L'appelant la meilleure approche pour la Chine et le Tibet, il a dit qu'il n'était pas le seul chercheur chinois, à l'intérieur et à l'extérieur de la Chine, qui soutient l'approche MWA.

L'approche Midway a été proposée par Sa Sainteté le Dalaï Lama en 1974 comme la politique d'aller de l'avant dans la résolution de la question du Tibet. En juin 1998, cette approche a été adoptée démocratiquement par le parlement tibétain en exil en tant que politique officielle de l'administration tibétaine en exil.

Chinese scholar says Tibetans must not lose hope on MWA

By Tenzin Monlam DHARAMSHALA, October 12: Tibetans must not lose hope on Middle Way Approach (MWA) and the Chinese government must not doubt the approach, said Professor Ming Xia, professor of Political Science at City University of New York (CUNY). Prof.

http://www.phayul.com

Posté par Chesa à 15:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 octobre 2017

Steven Pinker à Paris, une rencontre à ne pas manquer, lundi 9 Octobre 2017.

MR2958

Par Matthieu Ricard le 1 octobre 2017

À chaque instant, des actes d’une extrême violence sont commis quelque part sur la planète et sont relayés instantanément par les médias. Certes, la violence connaît épisodiquement une sinistre recrudescence dans certaines zones de conflits.
 
Mais, les faits sont là. Comme le démontre sans équivoque le travail magistral de Steven Pinker, la violence, sous toutes ses formes, individuelle et collective, n’a cessé de diminuer dans le monde au cours des siècles.
 
Le taux d’homicide en Europe, par exemple, est passé de 100 par an pour 100 000 habitants au XIVe siècle, à 10 au XVIIe siècle et à 1 de nos jours ! En France, il y a aujourd’hui deux fois moins de meurtres annuellement qu’il y a vingt ans.
 
Cette conclusion est le fruit d’investigations de grande ampleur menées par de nombreuses équipes de chercheurs au cours des trente dernières années. Elle surprendra sans doute, tant elle va à l’encontre des idées reçues, des tristes nouvelles dont nous abreuvent constamment les médias et des propos alarmistes des démagogues qui souhaitent profiter de la peur qu’ils sèment dans l’opinion pour conquérir le pouvoir.
 
Donald Trump, par exemple a proclamé en février 2017 que les homicides avaient atteint leur plus haut niveau depuis 47 ans aux États-Unis. Or, selon les chiffres donnés par le FBI, en 2014 le taux d’homicide était à son niveau le plus bas depuis prés de 55 ans ! Il a même diminué de moitié depuis les années 1990.
 
Ce déclin de la violence concerne aussi la violence domestique, qui reste pourtant l’une des formes de violence les plus répandues dans le monde. Aux États-Unis, par exemple, la maltraitance des enfants — violences physiques et abus sexuels — a diminué de moitié en vingt ans, tandis que la fréquence des viols a diminué de 85 % entre 1979 et 2006 (tout en restant un problème grave dans de nombreux pays).
 
Pour se faire une idée juste de l’évolution de la violence dans le monde, il est donc indispensable, d’une part, d’envisager l’évolution de la violence sur de longues périodes de temps et, d’autre part, de ne pas prendre en compte uniquement les événements ou conflits qui frappent le plus notre conscience, mais d’analyser le plus grand nombre de données possibles.
 
Les chercheurs ont analysé des milliers de conflits, dont beaucoup étaient tombés dans l’oubli et ont été redécouverts grâce à la consultation méthodique des archives historiques. Ils ont pris en compte tous les conflits, aussi bien entre pays qu’au sein d’un pays (guerres civiles, règlements de compte entre clans et tribus, etc.) – ayant entraîné au moins cinquante morts. Or, il s’avère que la fréquence des guerres entre États a régulièrement diminué au cours des siècles, ainsi que le nombre moyen de victimes par conflit.
 
Pinker montre de manière convaincante que ce déclin général de la violence est dû à l’essor de la démocratie, à l’existence d’un nombre croissant d’États stables, à l’accroissement des échanges librement consentis entre les peuples, aux missions de paix, à l’appartenance à des organisations internationales, au fait que la guerre ne suscite plus l’admiration, au respect croissant des droits humains, aux bienfaits de l’éducation et à l’influence accrues des femmes (même si cette dernière reste encore insuffisante).
 
En essence, nous devons donc éviter de sombrer dans le syndrome du mauvais monde, de succomber aux affres de la sinistrose et de se réfugier dans un sentiment d’impuissance chronique. Le monde va mieux, cela ne fait aucun doute. Cela n’empêche pas qu’il reste beaucoup à faire. La dégradation de notre environnement est incontestablement le plus grand défi du XXIe siècle dans la mesure où il va affecter de façon majeure le sort des générations à venir et pourrait créer des conflits susceptibles d’inverser cette diminution régulière de la violence dans le monde.
 
En conclusion de son remarquable ouvrage, Steven Pinker mise sur la raison pour continuer à réduire la violence. Il considère qu’elle seule peut nous permettre d’étendre le cercle de l’empathie et du sens moral par-delà le cercle de nos proches et des membres de notre « groupe » — nation, religion, ethnie ou tout autre particularisme susceptible de porter atteinte à la perception de notre humanité commune. Il pense aussi que c’est la raison et le sens de la justice qui pourrait mettre fin à l’instrumentalisation sans bornes des quelque 8 millions d’espèces animales qui sont nos concitoyens sur la planète. La « part d’ange en nous », selon la formule célèbre d’Abraham Lincoln, devrait donc continuer à croître au fil du temps, pour le bien de tous.

Nous sommes ici en présence d’un livre majeur que devraient lire tous les journalistes, tous les politiciens et toute personne qui s’intéresse à l’évolution de nos sociétés.

Steven Pinker à Paris, une rencontre à ne pas manquer, lundi 9 Octobre 2017 - Matthieu Ricard

La part d'ange en nous. Histoire de la violence et de son déclin, conférence de Steven Pinker en compagnie de Matthieu Ricard, organisée en partenariat avec Les Arènes à l'occasion de la sortie du livre de Steven Pinker : lundi 9 octobre 2017 de 19h45 à 21h45 au Grand Amphithéâtre des Arts et Métiers - 151 Boulevard de l'Hôpital, Paris 13ème (métro : Place d'Italie ou Campo-Formio).

http://www.matthieuricard.org

Posté par Chesa à 15:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 octobre 2017

Au-delà du spécisme.

MR3978

Par Matthieu Ricard le 8 Octobre 2017

Au 20ème siècle, à la fin des années 60 et pendant les années 70, un nouveau mouvement en faveur des animaux s'est développé et ses effets ont continué à se faire sentir jusqu'à aujourd'hui. Ce mouvement a entraîné un changement majeur dans l'attitude des société occidentales à l'égard des animaux. Un demi-siècle après la publication du roman "The Jungle", de Upton Sinclair, Ruth Harrison a publié "Animal Machines: The New Factory Farming Industry", dans lequel il décrit également les conditions abominables qui ont prévalu, et qui continuent à prévaloir, dans l'industrie de production de la viande. Peu de temps après cette publication, le "groupe Oxford" s'est formé, en rassemblant un certain nombre d'intellectuels et de personnalités autour du psychologue Richard Ryder. Celui-ci a publié plusieurs ouvrages et pamphlets dénonçant les abus dont les animaux sont les victimes. En 1970, l'un de ses essais a introduit un nouveau terme anglais, "speciesism" (traduit par spécisme en français), qu'il a mis en avant afin d'attirer l'attention sur le fait que notre attitude à l'égard des animaux s'apparentait à du racisme ou à du sexisme. Il a décrit cette lumineuse découverte de la façon suivante :

"Les révolutions des années 60 contre le racisme, le sexisme et le classicisme sont presque passées à côté des animaux. C'était un problème pour moi. L'éthique et la politique à cette époque ont totalement ignoré les êtres non-humains. Tout le monde semblait préoccupé uniquement par les préjudices à l'égard des être humains. Comme si nous n'avions pas entendu parler de Darwin! Je détestais le racisme, le sexisme et le classicisme moi aussi, mais pourquoi s'arrêter là? En tant que chercheur en médecine, j'étais convaincu que les autres espèces animales étaient capables d'éprouver de la peur, de la douleur et de la détresse tout autant que moi. Il fallait donc bien faire quelque chose sur ce plan-là. Nous avions besoin de faire le parallèle entre la terrible situation des autres espèces et la nôtre. Un beau jour de 1970, plongé dans ma baignoire dans le vieux manoir de Sunningwell, près d'Oxford, ça m'est venu d'un seul coup : SPÉCISME! J'ai tout de suite écrit une brochure à ce propos et je l'ai distribuée autour d'Oxford". (1)

Au début personne n'a prêté attention à ce pamphlet, jusqu'à ce que Peter Singer, un étudiant d'Oxford, prenne contact avec Richard Ryder et que naisse alors le concept de "libération animale". En 1975, Singer écrit un ouvrage sur le sujet et atteint une audience internationale. Le titre de l'ouvrage, "La libération animale", est aussi devenu le nom du mouvement. (2) D'autre voix se sont fait entendre et sont venues enrichir le débat, en particulier celle du théoricien principal du mouvement pour les droits des animaux, Tom Regan, ainsi que les primatologues Jane Goodall et Frans de Waal, qui sont allés encore plus loin en démontrant que les animaux ressentaient des émotions complexes et très variées incluant l'empathie. Plus récemment, nous avons aussi entendu l'écrivain Jonathan Safran Foer, et bien d'autres auteurs encore, parler de l'éthique animale, des droits des animaux et plus généralement de notre relation aux animaux.

L'émergence d'ONG en tant qu'acteurs de la vie sociale et de la politique dans les domaines de l'environnement, du développement, de l'action sociale, des droits humains et des droits des animaux sera certainement perçue à l'avenir comme un phénomène significatif de la fin du vingtième siècle, comme le dit Rémi Parmentier, l'un des fondateurs de Greenpeace International. (3)

Parmi les ONG actives dans la protection des animaux, il faut distinguer deux écoles. Celles-ci sont en accord dans la plupart des cas, mais diffèrent cependant sur un certain nombre d'entre eux : celles dont la mission est de protéger la biodiversité dans un contexte environnemental (Greenpeace, le WWF, l'EIA ou Oxfam), et celles dont le mandat est de protéger la vie animale en tant que telle (l'IFAW, ou Fond International pour la Protection des Animaux, et Sea Shepherd en sont deux exemples représentatifs). En définitive, que ce soit en parlant au nom de la protection des animaux avec qui nous partageons nos vies ou au nom des écosystèmes qui soutiennent toute vie sur terre, les deux écoles demandent, chacune à sa façon, que nous reconsidérions de façon critique la croyance selon laquelle l'humanité est au centre du monde. (4)

La bienveillance, l'amour altruiste et la compassion sont des qualités incompatibles avec le parti-pris. Délimiter le champ de notre compassion à certains êtres seulement, en l'occurrence les humains, restreint celle-ci quantitativement mais aussi qualitativement et l'appauvrit.
Il reste sans aucun doute beaucoup à faire, mais il est indéniable que le monde occidental prend de plus en plus conscience qu'il lui est impossible de défendre haut et fort des valeurs morales décentes et cohérentes tout en excluant du champ éthique la majorité des êtres sensibles peuplant cette planète.

Au-delà du spécisme - Matthieu Ricard

"Les révolutions des années 60 contre le racisme, le sexisme et le classicisme sont presque passées à côté des animaux. C'était un problème pour moi. L'éthique et la politique à cette époque ont totalement ignoré les êtres non-humains. Tout le monde semblait préoccupé uniquement par les préjudices à l'égard des être humains.

http://www.matthieuricard.org

Posté par Chesa à 16:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 septembre 2017

LOBSANG CHONZOR, Musicien, Chanteur, Danseur, Compositeur, TIBET

header

b_1_q_0_p_0

image

Lobsang Chonzor - [Tibet-info.net]

Lobsang Chonzor est artiste. Né de l'exil, il a reçu, de la part de ses parents et de maîtres tibétains exilés en Inde, l'héritage d'une culture ancestrale, de ses danses, de ses chants...

http://www.tibet-info.net
Accueil / Home

Lobsang Chonzor Musicien / Chanteur / Danseur / Compositeur TIBET

https://lobsang-chonzor.jimdo.com

Posté par Chesa à 19:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 septembre 2017

Au Qinghai, des Tibétains obligés de revenir sur les terres d’où ils ont été précédemment chassés ~ article par Monique DORIZON.

Des nomades tibétains, précédemment obligés de quitter leurs prairies ancestrales lors de la mise en place d’un plan de réinstallation dirigé par l’État dans la province du Qinghai, sont maintenant invités à y revenir, alors que, pour le développement, les autorités commencent à cibler leurs maisons actuelles pour en faire des centres touristiques et des logements pour les employés du gouvernement.

"La nouvelle politique, annoncée l’année dernière et affectant les résidents des villes de Dzatoe et Domda, a eu une incidence négative sur les Tibétains réinstallés, invités à réduire leurs troupeaux lorsqu’ils ont été déménagés pour la première fois", a déclaré un habitant au service tibétain de Radio Free Asia (RFA).

"Après deux ans de vie dans les nouvelles villes, les résidents sont maintenant obligés de revenir dans leurs anciennes prairies sans leurs animaux, principale source de revenus dans les communautés nomades tibétaines", a déclaré la source à RFA, sous condition d’anonymat.
"Les sites libérés seront maintenant développés comme logements pour les travailleurs gouvernementaux et les touristes".

"Les maisons dans la ville de Dzatoe ont été démolies et préparées pour de nouvelles constructions", a déclaré la source, ajoutant que, sans être assurés de l’aide financière des autorités chinoises, "les habitants tibétains souffrent énormément".

"Les résidents d’un site de réinstallation près de la ville de Domda, comté de Tridu (Chenduo) de Yulshul,ont également été invités à retourner dans les zones d’où ils sont partis auparavant", a déclaré une deuxième source, parlant à condition qu’il ne soit pas nommé.
"On dit que la Chine planifiera un important projet de développement touristique dans le lieu où les nomades tibétains ont été forcés de déménager il y a quelques années".

Bien que certaines familles soient déjà retournées dans leurs anciennes maisons, "elles se sont déjà débarrassées de leurs animaux", a déclaré la source, ajoutant que d’autres familles sont restées dans l’espoir que les autorités gouvernementales leur fournissent des logements alternatifs.
"Maintenant, les autorités prévoient de démolir les maisons construites pour les nomades et de construire des logements pour les nouveaux migrants et les touristes chinois dans la région de Domda, connue pour sa beauté naturelle et ses bons approvisionnements en eau et en électricité", a-t-il déclaré.

Source : Radio Free Asia, 15 juin 2017

Au Qinghai, des Tibétains obligés de revenir sur les terres d'où ils ont été précédemment chassés

Des nomades tibétains, précédemment obligés de quitter leurs prairies ancestrales lors de la mise en place d'un plan de réinstallation dirigé par l'État dans la province du Qinghai, sont maintenant invités à y revenir, alors que, pour le développement, les autorités commencent à cibler leurs maisons actuelles pour en faire des centres touristiques et des logements pour les employés du gouvernement.

http://www.tibet-info.net

Posté par Chesa à 23:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 septembre 2017

Loten Namling, Musicien Activiste.

b_1_q_0_p_0

Posté par Chesa à 18:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Confiscation de passeports de Tibétains au retour de l’étranger.

Dans le but de renforcer le contrôle sur les voyages des Tibétains en dehors de la Chine, les autorités chinoises ont saisi les passeports des Tibétains revenant de sites bouddhistes en Inde et au Népal, détruisant parfois les documents devant eux.

"Les fonctionnaires étaient particulièrement sévères avec les Tibétains arrivant dans les aéroports de Pékin et de la capitale provinciale du Sichuan, Chengdu, le 12 janvier 2017", a indiqué une source.
"Ils ont déchiré les passeports de certains voyageurs à leur arrivée, les rendant non valides", a déclaré la source, parlant sous couvert d’anonymat. "Ils ont utilisé des ciseaux pour détruire les passeports, juste devant leurs yeux".

Les Tibétains qui sont rentrés en décembre et en janvier dans les provinces du Qinghai et du Gansu, ont également perdu leur passeport et ont été interrogés par la police.
"Les autorités ont déclaré que leurs passeports ne leur seraient pas rendus avant mai 2017. Beaucoup de Tibétains ont eu de grandes difficultés pour obtenir des passeports chinois dans l’espoir d’aller en pèlerinage au Népal, en Inde et en Thaïlande", a déclaré la source.
"Mais les autorités chinoises ont malheureusement changé d’avis et ont ordonné aux pèlerins de rentrer chez eux au moment où les enseignements de Kalachakra du Dalaï Lama ont commencé (en Inde)".

Afin de réduire la participation à la cérémonie de cette année, les autorités chinoises ont commencé à confisquer les passeports des Tibétains autorisés à voyager à l’étranger, tout en ordonnant aux Tibétains déjà présents en Inde et au Népal de rentrer chez eux.
Beaucoup avaient été informés que leurs familles seraient punies s’ils ne revenaient pas.

Contrairement aux citoyens chinois (Hans), les Tibétains doivent faire face à de nombreux obstacles bureaucratiques pour obtenir leurs passeports. C’est un processus très difficile pour eux.

Source : Radio Free Asia, 31 janvier 2017.

Confiscation de passeports de Tibétains au retour de l'étranger - [Tibet-info.net]

Dans le but de renforcer le contrôle sur les voyages des Tibétains en dehors de la Chine, les autorités chinoises ont saisi les passeports des Tibétains revenant d'Inde et du Népal, détruisant parfois les documents devant eux.

http://www.tibet-info.net

Posté par Chesa à 18:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

La Chine met l'accent sur la critique, limitant l'accès des militants à l'ONU: HRW

170908060610WQ

DHARAMSHALA, le 8 septembre:

Le groupe mondial des droits de l'homme «Human Rights Watch» a accusé Pékin de pressuriser et de bloquer à maintes reprises l'accès à des militants et à des experts qui suscitent des préoccupations en matière de droits de l'homme en Chine aux Nations Unies.

"La Chine s'engage avec l'ONU sur les droits de l'homme, mais souvent dans le but de réduire de manière agressive les critiques et d'éroder l'accès des militants qui travaillent sur la Chine", a déclaré le chef de HRW, Kenneth Roth, dans un communiqué mardi.

Roth a également déclaré que la Chine a utilisé tous les moyens à sa disposition pour tenter de faire taire les critiques domestiques. Il a déclaré que la Chine a utilisé «son adhésion au Conseil de sécurité, son influence mondiale et la répression féroce contre la société civile à la maison pour en faire un modèle de mauvaise foi qui conteste l'intégrité du système des droits de l'ONU».

Le rapport de HRW sur le même problème a déclaré que Pékin avait des activistes, des experts et des ONG, et a accusé les autorités chinoises de photographier et de filmer des militants sur les locaux de l'ONU, en violation des règles de l'ONU et interdisant aux militants chinois de se rendre à l'ONU Human Conseil des droits à Genève.

L'action de la Chine, rapport accusé, "correspond à ce qui semble être une tentative systématique de subvertir la capacité du système des droits de l'homme des Nations Unies à faire face aux abus en Chine et au-delà". La détention du militant chinois Cao Shunli alors qu'elle tentait de se rendre à Genève avant l'examen par la NU du dossier des droits de la Chine et sa mort subséquente en détention provisoire en 2013 a été cité par HRW dans le rapport.

Le chef Roth de HRW a également claqué les Nations Unies pour avoir souvent capitulé à la pression chinoise et avoir souvent un "pédalage doux" pour éviter la confrontation avec la Chine.

"À moins que les Nations Unies et les gouvernements concernés ne mettent fin aux efforts de la Chine pour manipuler ou affaiblir les mécanismes des droits de l'homme de l'ONU, la crédibilité de l'ONU et sa capacité à défendre les droits en Chine et dans le monde sont à risque", a déclaré Roth dans le communiqué.

En plus de la répression des militants et des experts, la liberté de la presse chinoise a fait l'objet d'un examen approfondi. La Chine a maintenu son faible bilan en ce qui concerne la liberté de presse dans le pays, selon l'Indice mondial de la liberté de la presse par le journal international de la liberté de la presse Reporters sans frontières. La nation communiste a été classée 176ème parmi 180 pays et territoires, à seulement quatre endroits au dessus du dernier pays.

China aggressively silencing criticism, limiting access for activists at UN; HRW

By Tenzin Dharpo DHARAMSHALA, Sept. 8: The Global human rights group 'Human Rights Watch' has accused Beijing of repeatedly pressurizing and blocking access to activists and experts who raise human rights concerns in China at the United Nations.

http://www.phayul.com

Posté par Chesa à 17:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Culture / Losar, le nouvel an tibétain, ses symbolismes et son déroulement.

b_1_q_0_p_0

Losar, le nouvel an tibétain, ses symbolismes et son déroulement

Le Tibet traditionnel demeure le plus souvent inconnu des Occidentaux. Monsieur Dakpa a connu son pays avant l'invasion de 1959, l'époque où le Tibet jouissait pleinement de la richesse de sa civilisation originale encore intacte dans une atmosphère libre d'un point de vue politique, social et culturel.

http://www.tibet-info.net

Posté par Chesa à 17:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Appel des nomades tibétains contre la décision du gouvernement de retirer des pâturages traditionnels ... Par Tenzin Dharpo.

17090706314558

Tibetan nomads appeal against govt. decision to remove from pastureland

By Tenzin Dharpo DHARAMSHALA, Sept. 7: Tibetan nomads in Golok region have appealed to the Chinese authorities against the government drive to remove Tibetans from their traditional grasslands. The appeal written in a detailed and categorical fashion by the Dernang people in Golog region urged senior authorities to review the same as per the laws of the Chinese constitution and environmental concerns.

http://www.phayul.com

Posté par Chesa à 17:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Petite fille tibétaine nomade / Tsatsa, Tibet oriental, 2005.

3097760441_dbe461d60f

Cette adorable petite fille me réjouit et me fend le cœur en même temps lorsque je pense à ses conditions de vie si dures et à son destin de femme tibétaine sous le joug chinois  ... J'ai juste envie de la prendre dans mes bras pour la protéger, en plus de l'amour de ses parents et de sa famille ♥

Posté par Chesa à 17:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
01 septembre 2017

Une personne âgée Tibétaine libérée après 12 années dans les prisons chinoises ...

170901075724N3

An undated photo of Sonam Gyalpo. Source- Gu-Chu-Sum

DHARAMSHALA, le 1er septembre:
Un homme tibétain âgé a été libéré d'une prison chinoise dans le Tibet occupé après avoir subi douze ans de prison, a déclaré Gu-Chu-Sum, une organisation qui travaille pour le bien-être et le sort des anciens prisonniers politiques tibétains.
Sonam Gyalpo a été arrêté en 2006 et a été libéré de la semaine dernière le 27 août. C'était la troisième et plus longue période de prison de Gyalpo.
"Le prisonnier politique tibétain de haut rang a été arrêté pour la troisième fois en moins de deux décennies en 2006 pour des raisons jugées politiques, il a par la suite effecté une peine de douze ans derrière les barreaux.

Cependant, aucune information concernant son état de santé n'est disponible pour le moment en raison de la répression accrue des débits d'information spécifiquement dans la région autonome tibétaine ", a déclaré l'ONG basée à Dharamshala.
Gyalpo, originaire du canton de Yardok dans le comté de Nakartse, situé dans la préfecture de Lhokha, TAR (région autonome tibétaine) a d'abord été arrêté le 27 septembre 1987, lorsqu'il a participé à un soulèvement à grande échelle autour de Lhassa qui a été brutalement aggravé par les forces armées chinoises. Il a ensuite été libéré après avoir purgé trois ans d'emprisonnement.
Il a été arrêté pour la deuxième fois en juillet 1992 pour son engagement dans l'activité politique et a passé plus d'un an dans la prison chinoise.
L'homme tibétain âgé a été enfermé dans une prison chinoise depuis plus de 16 ans par intermittence depuis la fin des années 1980.

Tibetan elderly released after 12 years in Chinese prison

By Tenzin Dharpo DHARAMSHALA, Sept. 1: An elderly Tibetan man has been released from Chinese prison in occupied Tibet after serving twelve years' jail term, Gu-Chu-Sum, an organization that works for the welfare and plight of former Tibetan political prisoners, said. Sonam Gyalpo was arrested in 2006 and was released from last week on August 27.

http://www.phayul.com

Posté par Chesa à 17:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Momo, Thupka, Tsampa ... La cuisine Tibétaine.

b_1_q_0_p_0

b_1_q_0_p_0

b_1_q_0_p_0

Cuisine tibétaine

Découvrez la gastronomie des tibétains, ses amuse-gueule, ses plats et desserts.

http://www.lhassa.org

Tenzin Cuisine Tibétaine, Paris - Opéra/Bourse - Restaurant Avis, Numéro de Téléphone & Photos - TripAdvisor

Tenzin Cuisine Tibétaine, Paris : consultez 14 avis sur Tenzin Cuisine Tibétaine, noté 4,5 sur 5 sur TripAdvisor et classé #7 169 sur 17 365 restaurants à Paris.

https://www.tripadvisor.fr

Posté par Chesa à 19:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

b_1_q_0_p_0

b_1_q_0_p_0

b_1_q_0_p_0

b_1_q_0_p_0

-1

Bar à Momos, le premier Bar à Raviolis tibétains de Paris

En dépit des apparences, je n'ai pas prévu de vous parler de l'ouverture du bar de mon pote marseillais Maurice mais bien de celle d'un restaurant tibétain fraîchement établi dans le 12ème arrondissement de Paris.

http://www.legastronomeparisien.fr

Posté par Chesa à 19:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le dernier souffle de Tenzin Choeying 🕉

170722061856SA

The Tibetan teen from Central University of Tibetan Studies who set himself ablaze for Tibet in Varanasi on July 14 has passed away around 4:50PM (IST) at Safdarjung Hospital today. Tenzin Choeying, 19, from Dhondenling Tibetan settlement in Kollegal, was a student at the Central University of Tibetan Studies.

http://www.phayul.com

DHARAMSHALA, 22 juillet : L'adolescent tibétain de l'Université centrale d'études tibétaines qui s'est mis en flammes pour le Tibet à Varanasi le 14 juillet est décédé aujourd'hui vers 16h50 (IST) à l'hôpital Safdarjung.

Tenzin Choeying, 19 ans, de la localité tibétaine de Dhondenling à Kollegal, était étudiant à l'Université centrale d'études tibétaines. Il a mené l'acte de feu à l'extérieur de l'auberge masculine suite à un discours de Sikyong Lobsang Sangay sur le campus le 14 juillet. Il protestait contre l'occupation illégale de la Chine du Tibet et de ses politiques. Tenzin Choeying était membre du chapitre du Congrès de la jeunesse tibétaine à Varanasi et une partie de l'équipe bénévole du Congrès de la jeunesse tibétaine lors du Kalachakra de 2017 à Bodh Gaya.
.
Une lettre manuscrite laissée par lui pour quelqu'un qu'il appelle Nubz a également été posté sur Facebook avec ses photos de l'hôpital. "Mon corps est pour le Tibet et les jeunes tibétains doivent ouvrir les yeux pour apprendre la langue tibétaine", a-t-il écrit.

Selon les médecins, il a subi environ 66 pour cent de brûlures sur son corps, principalement autour de la région inférieure. Cependant, il a subi une brûlure minimale autour de sa tête et de sa zone faciale. Er vendredi, son pourcentage de brûlures avait atteint 90 pour cent.

Il était également membre de l'Association bouddhiste de la jeunesse tibétaine et cousin - frère de l'activiste tibétain Tenzin Tsundue. "Puisque je suis un activiste et je suis fier de voir un jeune Tibétain tant sacrifié pour la cause tibétaine. En même temps étant un frère, je suis également préoccupé par lui et par son bien-être ", a déclaré Tenzin Tsundue le 14 juillet.

Fils du père Ngawang Khedup et mère Tashi Yangzom, Choeying était le plus jeune des quatre frères et sœurs de la famille.
La crémation de Tenzin Choeying sera le 26 juillet, à Dharamshala.

Posté par Chesa à 20:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :